Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 02:14

 

en-tête ami archives Bis

 

LE CHÂTEAU DES BROUSSAILLES

Sur un terrain de sept hectares et demi, ancienne route de Grasse, Lucien Mangini fait construire un château en 1896. Sur un sous-sol immense, des pièces de réception majestueuses, dix chambres de maître au premier étage, au deuxième, les logements du personnel. En annexe, une petite villa face aux garages et écuries. Une maison de gardien est bâtie à l’entrée de la propriété. Les broussailles ont laissé la place à un parc sur un sous-sol perméable évitant toute humidité, abritant de magnifiques arbres, un étang, de nombreuses statues, même une grotte dans le goût des fabriques de l’époque.

 château des broussailles

 

 Le dernier fils vivant de L. Mangini, (†1900), explorateur, décède accidentellement sans postérité en 1901. Les deux héritiers par testament sont des neveux. Madame Lucien Mangini conservant l’usufruit de la propriété, ce n’est qu’à son décès que les propriétaires soucieux de respecter les désirs de leurs grands-parents de voir édifier un hôpital, proposent en 1919, à la ville de Cannes d’acheter le domaine.

Par délibération du 11 février 1920, le conseil municipal en décide l’achat au prix de 850 000 F ; la première pierre est posée par le Président de la République, Paul Deschanel. Dès novembre 1920, dans l’attente de la construction de l’hôpital, le château est loué, puis cédé aux hospices qui y logent leurs premiers pensionnaires en 1931. Un hôpital-hospice fonctionne dès janvier 1934 sous la direction des Sœurs de Besançon puis des Dominicaines d’Albi.

En 1955, l’hôpital est achevé, il devient Centre hospitalier Pierre-Nouveau en 1960. Une maison de retraite est construite en arc de cercle dans le parc. Après de nombreuses études infructueuses pour incorporer le château dans  l’ensemble hospitalier, il est décidé en 1971 de le détruire pour cause de vétusté. Les vieux pêcheurs en auront un goût d’amertume, c’était leur « enseignure » ou amer.

     château des broussailles 2

 

Après sept ans de travaux et sans abandonner l’activité hospitalière, le dernier hôpital a été inauguré le 24 septembre 2011, l’ancien, démoli. Que reste-t-il de notre histoire ? Dans la mémoire collective, son appellation « l’hôpital des Broussailles ». J. B.

Actualités : Dans le film De rouille et d’os, réalisateur Jacques Audiard (2012), Marion Cotillard, quand elle perd l’usage de ses jambes, est transportée par hélicoptère à l’hôpital Pierre-Nouveau, patronyme officiel. On y voit, trop rapidement, l’actuelle construction.

 

EN SOUVENIR D’HELENE VAGLIANO

Une plaque de rue donnant sur le marché Gambetta honore sa mémoire ; plus fidèlement, le 15 août à l’église russe orthodoxe de Cannes, est célébré un office en son souvenir.

Hélène est née à Paris en 1909. Dix ans plus tard, son père Marino Vagliano, d’origine grecque, très fortuné, sa mère Danaé, Hélène et ses deux frères s’installent en Angleterre, à Ascot près de Windsor, dans une vaste propriété, « La Grange ». 

En 1924, les Vagliano descendent à Cannes, achètent la villa Champfleuri, une demeure qu’ils agrandissent et transforment luxueusement. Madame Vagliano crée le superbe parc qui  comporte un jardin florentin menant à un patio andalou, un jardin japonais, un jardin provençal, un jardin hollandais, un jardin mauresque, offrant une extrême richesse d’espèces botaniques (billet de juillet).

  champfleuri

 

44, Avenue du Roi- Albert.  MLR   

Hélène poursuit ses études à Ascot. C’est une élève modèle, nommée préfet en terminale, pianiste douée et gardienne de but dans son équipe sportive.

En 1927, elle rejoint sa famille à Cannes. Son père est président du Golf Club de Cannes-Mandelieu, sa mère capitaine de l’équipe de golf des dames françaises. Elle-même s’est achetée un hors-bord, fait du ski, de l’alpinisme ; elle organise des courses de tortues on devient presque hors d’haleine à les poursuivre écrit-elle à ses amies anglaises. A côté de ces distractions insouciantes, elle traduit des articles en braille pour des revues destinées aux aveugles.

Arrivent les sombres années de la seconde guerre mondiale : Hélène et sa mère se dévouent à la cantine militaire de la gare, puis à la Maison du Prisonnier. En 1943, elle entre dans la Résistance à l’insu de ses parents, elle est attachée au service de renseignements du général de Gaulle. Veilleuse, son nom de code, cachait dans son guidon de vélo des messages codés et parfois sa radio camouflée dans le panier arrière.

En août 1944, dénoncée, elle est torturée à l’hôtel Montfleury à Cannes, envoyée à Nice ; refusant toute compromission, elle suivra le destin des fusillés de l’Ariane. Ironie du sort, le débarquement allié se faisait le même jour au Dramont.

Maureen Emerson pour Les Amis des Archives.  

 

LIENS ASSOCIES : PHILIPPE ERLANGER dans LA FRANCE SANS ETOILE nous raconte qu’il vit, en 1939, au Grand-Hôtel dont le directeur est Henri Gendre, conseiller municipal, père de Louis Jourdan. Sur ses conseils, trop de Juifs errant au Grand Hôtel, il se réfugie au Gallia jusqu’à ce que l’hôtel soit saisi par la Gestapo en 1943, il regagne alors le Grand-Hôtel. Les estivants dédaignent cette maison (le Gallia) qui n’a pas d’eau chaude et où l’eau froide elle-même est rationnée. grand-hôtel 1 (640x479)    Prendre un bain dans une annexe aménagée à cet effet coûte une fortune. J’ai la joie de cohabiter avec le duc d’Ouver, le héros qui servit La Force, et la marquise de Noailles. Je déjeune chez Mrs Clewes parmi les sculptures fantastiques surgies à l’ombre de sa tour du XIIe siècle, je prends le thé chez Mmede Villeneuve et chez Guichot-Pérère…

 

Le Grand-Hôtel Croisette MLR.

 

 

 

 

 

grand hôtel grille 

     

 

UNE DÉLICATE EXPOSITION

Au musée de La Castre a lieu une rare exposition de « petits peintres » qui témoigne du charme de Cannes et apporte un complément de connaissances aux amoureux du passé. En témoigne

 

 Simpkinson le lac du Riou

 

    F-G. Simpkinson de Wesselow Le lac du Riou.   M. D.

 

cette aquarelle choisie par M. D. apporte une précision inconnue jusqu’alors. Nous connaissions la rue de Lac, en contrebas de la route de Grasse, voici le lac qui alimentait un moulin à huile situé aux abords du Pont-romain.

 

INSOLITE

 

    à étiqueter 1 (640x480)

Une installation : Rue de la Pompe. L. S.

Est-ce une œuvre d‘art, nous n’osons nous prononcer.

 

INFORMATIONS

Nous y travaillons pour un septembre fourni.

 

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 01:27
en-tête ami archives Bis
 
 
L’HOTEL DES PINS
Il sera construit au quartier de Cros Vieil dans les années 1880 par l’architecte renommé Laurent Vianay et deviendra l’un des plus brillants de la ville, surtout fréquenté par l’aristocratie russe. De style néo-classique, sa façade principale ouvre ses nombreuses fenêtres au midi  face à la mer, on peut toujours voir la splendide rotonde aux vitres multicolores au nord, aménagée alors en jardin d’hiver. Il y a soixante-dix-huit chambres, vingt salles-de-bains, plusieurs salons, une vaste salle-à-manger décorée en 1895 par le peintre Designori.
 rotonde (800x596)
Résidence des Pins, avenue Alexandre III.   MLR
De nombreux hôtes le fréquenteront : entre autres le comte Paul Tolstoï, M. Stravinsky, le comte de Salignac Fénelon, le baron Pierre de Coubertin, la duchesse de Persigny…
Il sera acquis, en 1891, par Xavier Ruel qui reçoit l’autorisation, un an plus tard, d’installer un tramway desservant l’hôtel dont il versera les bénéfices au service social de la ville.
En 1945, il est réquisitionné, occupé par l’hôpital Spears et deviendra une copropriété vers 1955. Son parc sera loti et plusieurs villas construites. A.B.
 
Actualité : l'élégante résidence des Pins, située sur le boulevard Alexandre III, a été bouleversée au début de la nuit du 14 mai 2013 par les hurlements d'une femme.
Celle-ci, sous les yeux des riverains, est embarquée de force dans une voiture qui démarre en trombe sans laisser trace de la malheureuse.
L'enquête diligentée par la police révèle des faits troublants se déroulant dans une partie des lieux de cet ancien hôtel prestigieux.
D'après Nice Matin un groupe étranger désire acquérir la totalité de l'immeuble.
 
CE MOIS A CANNES
Lu dans Nice-Matin du 06/07/1958 : Inauguration au Palais Miramar de  la rétrospective internationale des Arts d’Afrique et d’Océanie. Venant de Dakar, les sept chefs Coutumiers sont arrivés hier soir à Cannes pour présider cette exposition. Les collections proviennent  des plus beaux musées d’Anvers, de Cologne, de Stuttgart, d’Edimbourg, de Barcelone, de Tervueren (berger belge), de Louvain, d’Amsterdam. Cette exposition ne comporte que des œuvres authentiques antérieures à la pénétration blanche dans les grands empires africains.
Furent attendus le 5 à la  gare de Cannes par la Municipalité et Monsieur Emile Fabre, « Président Fondateur des Amis de Cannes », le grand serigné de Dakar, le chef du groupe Touareg Kel Antassar, deux rois des Diables en Côte d’Ivoire, le chef de canton en Mauritanie, celui du Sénégal et de la Guinée. Tous étaient vêtus, à leur arrivée en gare, d’amples manteaux de couleur, coiffés de turban ou de fez et la plupart portaient sur la poitrine soit la Croix de guerre, soit celle de la Légion d’honneur.
Michel Ferraci Porri raconte dans La Môme Moineau  qu'ils  ne pouvaient se comprendre entre eux qu’en parlant français.
Ils étaient accompagnés par Monsieur Quatorze, Délégué aux Affaires politiques de l’A.O.F. La Môme Moineau leur offrit l’hospitalité plus longtemps avec leurs épouses au retour du 14 juillet à Paris, elle-même et son mari  quittant leur villa Bagatelle, pour la Corse où les attendait Tino Rossi.
villa bagatelle (800x600)
 
Villa Bagatelle, Super Cannes. MLR
 
Un autobus avec les six Grands Chefs et leurs vingt épouses se présente le 15 juillet. Après deux mois de pérégrinations, le couple Benitez Rexach revient chez lui, les invités étaient là pour les accueillir…Revenant chez elle, la Môme Moineau  explosa et mit tout le monde à la porte (p187).
 
LIENS ANNEXES : ENFER A MACAO de JEAN DELANNOY
Ce film sortit en 1942, tourné dans les studios de la Victorine à Nice, film adapté du roman éponyme de Maurice Dekobra.
Il fut tourné pour certains extérieurs dans le jardin japonais de la villa  résidence des parents d’Hélène Vagliano, ouverte au public pour la beauté de ses jardins au cours des journées du patrimoine.Champfleuri (800x600)
 
En 2012, Thomas Fabius fit un gain exceptionnel de 1 million d’euros d’une partie de poker en provenance de Macao. (Le Point)
 
 
Résidence Champfleuri, avenue Roi-Albert. E.R 
 
 
 
INSOLITE
La suppression du passage à niveau de la rue d’Antibes date de 1902 à la satisfaction générale ; derrière ses barrières fermées on comptait souvent une file de dix à douze voitures.
 maison du garde-barrière (800x600)
 
Ancienne maison du garde-barrière, rue de Latour-Maubourg. MLR
Les Amis des archives prennent des vacances tout en préparant en collaboration avec la Société Scientifique et Littéraire pour le samedi 28 septembre, à Cannes, le Forum des associations historiques et scientifiques des Alpes-Maritimes.
On nous communique :
Les parcours pédestres organisés et commentés par les Archives Municipales concernent cette année les quartiers Terréfial et Russe.                                                                                                                                                                 Contacter le 04 89 82 20 60.
 
 
 
Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 16:10

      en-tête ami archives Bis

         

LA VILLA SOLIGNY, avenue du Roi-Albert-Ier.   villa soligny (800x590) 

 

Seule une minorité de  jardins ont encore l'ampleur et la richesse des vrais parcs issus des propriétés luxueuses de la fin du XIX° siècle, mais il y en a plusieurs que la ville a répertoriés, y compris quand ils sont à l'abandon. Ce qui est le cas de l'extraordinaire parc de la Villa Soligny, devenu un refuge très particulier pour la faune migratoire à la recherche d'une halte juste avant ou juste après la traversée de la Méditerranée, comme pour la faune locale qui depuis vingt ans a pu y recréer un biotope sans intervention humaine.  

Cette villa, nous vous la font connaître dans sa gloire.

      Villa Soligny Avenue du Roi-Albert.  MLR  

   
villa soligny Belvédère (600x800)

Le belvédère de la villa Soligny .  MLR    

Face à l’île Sainte-Marguerite, Soligny sert de repère à de nombreux navigateurs grâce à son immense verrière baroque, couverte de vitraux, dans laquelle Boucicaut jouait de l'orgue tandis que plus tard, au cours des Années Folles, on y organisait des bals.

Le belvédère à charpente métallique et verres colorés élevé sur les communs et la tour polygonale d'observation dressés dans le jardin sont deux éléments d'architecture préservés et uniques à Cannes. Le commanditaire en est  M. Boucicaut, propriétaire du Bon Marché à Paris.

 Le projet de construction d’une "maison de campagne d'hiver" sur un terrain acheté à la famille Doria de Gênes, est confié en 1868 à l'architecte M. Rimbault. Edifiée en rhyolite de l'Estérel sur deux niveaux de volumétrie symétrique, la villa et ses annexes sont de style néo-gothique. En 1886, deux ailes symétriques, dotées de larges baies, sont ajoutées. Le jardin paysager, peuplé d'arbres de hautes futaies, aménagé sur la forte déclivité du terrain, est clôturé de murs de grès rouge comprenant plusieurs entrées fermées par de belles et solides grilles de fer forgé. L'entrée principale se situe au nord de la propriété, l'entrée au sud par la cour, et la conciergerie étant destinée au service. La tour hexagonale  est une chapelle, la volière, les serres, sont dans la même unité de décoration.

Les Boucicaut ont perdu leur unique enfant, lui-même non marié, d’une longue maladie de poitrine. Madame Marguerite Boucicaut, née Guérin nommera L’Assistance publique des Hôpitaux de Paris  légataire universel.

Le 8 décembre 1887, madame Boucicaut  décède à Cannes. Elle venait d’arriver peu de jours auparavant. Veuve d’Aristide Boucicaut, le petit employé de commerce devenu propriétaire du Bon Marché, le plus grand magasin de Paris, Marguerite Boucicaut avait poursuivi l’œuvre philanthropique entreprise par son mari. Le Bureau de Bienfaisance de Cannes devait bénéficier de deux legs s’élevant au total à 150 000 francs figurant parmi les nombreux bénéficiaires d’une immense fortune entièrement partagée entre les déshérités.

Le nom de Soligny serait celui donné à la propriété par la famille Doria et conservé par M. Boucicaut. Les héritiers de ce dernier occupent la villa jusqu'en 1923, puis d’autres familles y séjournent, avant qu’elle ne soit abandonnée aux soins d'un couple de gardiens. Très convoitée du fait de son emplacement face à la mer, la propriété a fait l’objet de nombreux projets immobiliers qui n’ont pu aboutir. Elle a appartenu un moment à de richissimes Argentins avant d'aboutir à une sombre intrigue saoudienne dans laquelle un roi et son ministre se disputent sa propriété. C'est cette dispute de vingt ans qui a « gelé » le lieu et entraîné la villa sur la voie d'un délabrement continu malgré son classement à l'inventaire du communal et son magnifique parc transformé en réserve naturelle spontanée.

     villa soligny Tour (583x800)C'est une situation unique puisque, dans une région où ce type d'emplacement est monopolisé par les milliardaires du monde entier, cette villa et son parc de plus de 10 000 m² représentent sans aucun doute le seul espace aussi vaste à proximité de la mer qui soit resté « intouché depuis plus de vingt ans », tout en étant amoureusement protégé par sa famille de gardiens dévoués.

 L’ensemble a été vendu récemment en l’état à la suite d’une liquidation judiciaire avec vente aux enchères à Théodore Masliah, président de la société Finamas à Marseille qui veut lui conserver son prestige d’autrefois. Adjugée 17,5 millions d’euros après avoir été inoccupée pendant 25 ans.

   
Tapez 87 sur internet, et voilà le projet en cours qui trouvera de nombreux acquéreurs.

 

 Tour polygonale Avenue du Roi-Albert. MLR      

 

CE MOIS A CANNES

20/06 : Certificat d’Etudes Primaires Nice canton ouest.

                1° COMPOSITION FRANCAISE :

 Dîtes quels souvenirs et quels sentiments éveillent en vous les deux noms suivants : Alsace-Lorraine.

                2° CALCUL  :

Une servante porte 180 œufs au marché avec commission de les vendre 0,50fr  la douzaine. Elle en avait déjà vendu deux douzaines lorsqu’elle laissa tomber 6 œufs qui se brisèrent. A quel prix devra-t-elle vendre la douzaine des œufs qui restent pour retirer la même somme totale ?

 

LIENS ASSOCIES

Cannes aux Enchères. Alex Baussy :

Au cours de sa longue carrière, (sept mille  ventes dont celles relatives à vingt-six hôtels), Alex Baussy, commissaire-priseur, a vendu tout ce qui n’était pas scellé à chaux et à sable, même du gazon au mètre carré. En effet, en 1937, lors de la vente du mobilier du château de La Bocca, un horticulteur eut l’idée de découper en tranches le gazon du parc, c’était un authentique gazon anglais !

Dans une luxueuse villa, en plus du mobilier d’époque, M. Baussy eut à disperser les clefs de serrure  et les plaques de propreté en argent massif de toutes les pièces réparties sur cinq étages.

En 1966, les meubles du Grand Jardin, propriété du sculpteur danois Jarl Viggo à l’île Sainte-Marguerite, furent mis en vente en même temps que ceux de la villa Le Pin de la Danse du même propriétaire. Il y avait là de superbes pièces dont un splendide salon d’époque Napoléon dit « de Bernadotte ». Il fut préempté par le conservateur du musée Mavilla la louquesséna à Nice.

Dans la propriété de Maurice Chevalier, La Louque, il n’y avait aucun objet de grande valeur. Pourtant une petite table de jardin avec dessus marbre et pieds en fer forgé, atteignit 32 500 francs en 1968.

 

Villa La Louque 105 avenue Maurice-Chevalier. Source Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.Inventaire général.

 


ACTUALITES

Le mythique restaurant Felix vient de fermer ses portes.

Créé en 1953 par Felix Cenci, un Italien ayant fait ses classes au Carlton et au Blue Bar, il avait été géré, après sa retraite, par son fils Jacques et sa belle-fille Germaine qui l'ont vendu après dix ans d'activités. Ayant connu des fortunes diverses, ses derniers propriétaires ont dû abandonner malgré leurs compétences affirmées.

Ce lieu a servi de cadre à la rencontre de Françoise Fabian et de Lino Ventura, l'antiquaire et le truand, dans le film de Claude Lelouch La Bonne Année en 1973, relatant un hold-up psychologique chez Van Cleef & Arpels. J.B.

    felix pavement (480x640)

                                                               Restaurant chez Félix, la Croisette.         MLR.  

Quelques scènes de La Bonne Année furent tournées dans la salle de restaurant avec Lino Ventura et Françoise Fabian dans le rôle de l’antiquaire dont le magasin est actuellement occupé par la Société Générale.

 

HORS SUJET … SI PEU

C’est SOLSTISS, fabricant de dentelles à Caudry, dans le Nord depuis 1879, qui a tissé les 140 mètres de dentelles commandées pour habiller les actrices du film Gatsby le Magnifique.

 

ON NOUS COMMUNIQUE :

Samedi 15 juin : Journée à Tende, visite guidée du Musée des Merveilles puis de la Collégiale et de la Brocante-musée. (04 93 69 11 57.

Lundi 10 juin : Cours de Paléographie aux Archives Calmette. (04 89 20 60.

Mardi 4 et 11 juin : Sortie au Quartier russe. (04 89 20 60.

 

 

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 14:51
  en-tête ami archives Bis
    GEORGES SIMENON A CANNES  
villa-golden-gate--1024x768-.jpg    Après avoir offert à son épouse une maison modeste à Mougins, il habitera d’octobre 1955 à juillet 1957 la luxueuse villa Golden Gate, 28-30 avenue Reine-Elisabeth-de-Belgique, sur les hauteurs de Cannes, bus Azur 6B. Le romancier a alors 53 ans. La précédente locataire des lieux est Madame Rubinstein, l’heureuse propriétaire est l’entreprise Lafond, ciments armés, Travaux publics sur la route de Fréjus à Cannes.
Cette maison a été construite vers 1925 pour le docteur P.H. sur un terrain de 7 000 m. Dans cette propriété est également bâtie une autre villa Lou Cantou ainsi  qu’une conciergerie, dans un style néo-provençal.
  annexe-golden-gate--1024x768-.jpg
La conciergerie Lou Cantou, avenue Reine-Elisabeth-de-Belgique. MLR
L’ensemble est construit suivant les plans des architectes M.Mayère et R.Morillon et redécoré par l’architecte d’intérieur romain Toni Facella Sensi.
La villa comprend outre les pièces de réception, de quoi mener grand train, une salle de bains pour trois chambres de domestiques à l’étage de soubassement. Le jardinier, la cuisinière et la nounou  ont leur commodité. Au premier étage il y a trois salles de bains et deux cabinets de toilette pour cinq chambres de maîtres.
G. Simenon y écrira sept romans, le premier est En cas de malheur, ses deux derniers, Le Nègre et Strip-Tease dont l’action se passe à Cannes dans un milieu de music-hall, avec une mort de maladie au 57 boulevard Carnot, luxueux immeuble qui nous laisse pantois, au mieux, il a mal vieilli.
Le danger de surmenage ne le menace pas, il y travaille rarement plus de trois à quatre heures par jour, passant la majeure partie de la journée dans le jardin à la végétation en partie exotique parsemée de talus en rocaille, de jarres, de lin de Nouvelle-Zélande et de chamoerops humilis. Il surveille aussi le bain de ses deux enfants, John et Marie-Jo ; il est alors remarié avec sa secrétaire de 17 ans sa cadette, Denyse Ouimet. Son passe-temps favori est de nourrir les poissons rouges : Je n’ai aucune affection particulière pour eux mais ils étaient là quand nous sommes arrivés et nous nous sommes liés d’amitié. Les poissons sont apprivoisés et prennent leur nourriture d’une cuiller tendue par le romancier ; qu’une autre personne s’approche, ils s’enfuient. Le beau caniche gris est de la fête, il répond au nom de Mister. Si les amis demandent : « Mister qui ? » son maître répond « C’est justement ça le mystère ».
Dans cette villa de rêve, Denyse présentera les premiers troubles psychiatriques qui ne la quitteront plus, le romancier a besoin de la boisson comme stimulant quand il écrit et son épouse l’accompagne, ce qui n’arrange rien. Par la suite, ils descendront pendant quelques années pour un double check-up annuel chez le docteur P. (peut être le docteur René Pilatte, qui a ouvert une clinique chirurgicale en 1921)
Quand il préside le 13e Festival du Film, en 1960, la Palme d’or est décernée à La Dolce Vita à l’unanimité ; il a quitté le Golden Gate. C’est la princesse de Hesse qui lui succédera dans ce havre de paix. MLR.
 
CE MOIS A CANNES villa-kasbeck-2--768x1024-.jpg 
Le 7 mai 1934, dans le grand salon Empire de la villa Kazbeck, commencent les enchères publiques qui dureront six jours.
Dans cette somptueuse résidence vécurent le grand-duc Michel Michaïlovitch, oncle du tsar Nicolas II, et son épouse morganatique, la comtesse Torby, petite-fille de Pouchkine. Le mobilier de vingt-cinq chambres complètes de maîtres et d’amis sera dispersé, tout comme une collection de trente tapis de Perse et de Chine, de grands tapis d’Aubusson, de la Savonnerie, de Smyrne, et des tableaux de Corrodi, de Dillens, des objets d’art et jusqu’au billard anglais où le grand-duc Michel aimait exécuter « massés », « rétros » et « quatre bandes ».  
  Villa Kazbeck, avenue Roi-Albert.  MLR  
 
LIENS ANNEXES : La Main au Collet
Une série de cambriolages est commis dans des palaces de la Côte d'Azur. La police soupçonne John Robie célèbre cambrioleur maintenant retiré sur la côte. John retrouve ses anciens amis de la résistance dans un restaurant dont le maître d'hôtel est Betrani. Danielle, la fille du sommelier du restaurant est persuadée que Robie est l'auteur des cambriolages. John rencontre alors une riche héritière américaine Frances Stevens qui tombe amoureuse de lui. Le scénario tiré d’un roman de David Lodge (Robert Laffont, 1955) souffre de plusieurs faiblesses malgré la présence de Cary Grant et de Grace Kelly dans les principaux rôles.    
  47300e-image-de-La-Main-au-collet-1892-1--copie-1.jpg
  La Main au collet – Salle à manger du Carlton.
 
A propos du Carlton… Carlton, la ville de l’homme libre en scandinave !
Cette année le Carlton fête son centenaire. Et les légendes courent elles aussi. Mais je viens d’apprendre que les clochetons latéraux du bâtiment ne représentent pas les seins de la Belle Otéro. Hélas ! L’architecte niçois Charles Dalmas qui fit les plans était lui tombé amoureux du Sacré-Cœur de Montmartre lors de ses études à Paris et ce sont les clochers qui l’ont inspiré !
    MENU-centenaire-CARLTON--722x1024-.jpgL’hôtel connut deux inaugurations l’une en 1911 et l’autre à la fin de la construction en 1913.
        L’histoire de ce palace est liée aux hôtes célèbres qui l’ont fréquenté.  Et qui ont laissé des traces. Il y a des chambres dédiées : la chambre des Paul -Doumer, de Young, Derval-; la chambre des apéritifs Monsieur Antonat (Porto) Monsieur Violet (Byrrh) Monsieur Dubonnet. A ces riches industriels se sont ajoutées dès le premier festival du film les vedettes. Il serait trop long de toutes les citer.  
Sources : Les palaces de Cannes : rêve et confort. Madame Pelissier
        Les cent ans du Carlton se sont fêtés autour d’une table somptueuse le 22 février 2013 avec de nombreux invités. Vous pouvez prendre connaissance du menu aimablement communiqué par un lecteur assidu, F.V.  
 
INSOLITE
  ephebe insolite
Photo Irène Payan
 
L’élégante statue d’Amaryllis Bataille se trouve tout au bout du Port Canto. Cette ondine en bronze de 1,75 mètre, aux jambes recouvertes d'écailles est bien ancrée sur son rocher et semble prête à affronter les vagues et les tempêtes...
 
ON NOUS COMMUNIQUE
L’Association des Amis des Archives organise la visite du jardin de la Villa de Noailles à Grasse le mardi 7 mai  ( 04 93 69 11 57.
L’atelier des Archives municipales : Atelier Archives et Internet le 15 mai à 14h ou à 16h,       « Visions de la première guerre mondiale » ( 04 89 82 20 70.
 
 
Repost 0
Published by mlr
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 21:39

en-tête ami archives Bis 

LILY PONS, une patriote durant la seconde guerre mondiale.

 Dès l'appel du 18 juin, étant aux Etats-Unis, elle adhère aux mouvements French Relief et France Forever, pour lesquels elle recueille cent vingt millions de francs. Le 27 novembre 1940, au Métropolitain, Lily interprète La Fille du Régiment de Donizetti, et à la fin du spectacle de façon  improvisée,  elle entonne La Marseillaise.

 Le jour de la libération de Paris, le 25 août 1944, elle chante notre hymne national au Rockefeller Center de New-York et à la N.B.C.

 Pendant l'hiver 44-45, elle accompagne Marlène Dietrich sur le front pour soutenir les troupes alliées. Le général de Gaulle l'invite à fêter le premier anniversaire de la Libération en chantant à  l'Opéra de Paris. Le général Leclerc lui demande d'être la marraine de la 2°DB, elle accepte volontiers, pour la remercier on lui remet la partition manuscrite de Parsifal de Wagner trouvée dans le nid d'aigle d'Hitler à Berchtesgaden.

Sa conduite exemplaire lui vaut la rosette d'officier de la Légion d'honneur et de nombreuses autres décorations françaises et étrangères dont la War Medal. L'ancienne élève de l'école de la Ferrage à Cannes repose, selon son vœu,  depuis 1976 au cimetière du Grand Jas.

 

lily pons 

    Avenue Lily-Pons.  D.de F.  

Maintenant, le 13 février, jour de son décès, les mimosas de l'avenue Lily Pons resplendissent en son honneur. Sources: Pierre Dulbecco.

La variété en fleurs est Acacia dealbata, Mimosa d’hiver. Sur la gauche, le Mimosa des quatre saisons, Acacia retinodes, à feuilles entières, est à floraison plus tardive.

Rarement une chanteuse a connu une telle popularité. L’Amérique baptise à l'eau de la rivière Lily-Pons une locomotive qui porte son nom. Les Etats-Unis donnent également le nom de la Diva à une ville, un pont, et va jusqu’à faire du 5 novembre le Lily Pons’day.

 

CE MOIS-CI À CANNES

Le hasard fait que nous célébrons les Oubliés dans ce billet.

 stele Gerbault 1 (2)

La photo de cette stèle, jetée Albert-Edouard, fut prise en 1999. Photo A.B.

 Le Littoral-avril 1930 : on inaugure, en présence d’Alain Gerbault une dalle gravée dans la jetée du port  pour commémorer le départ sept ans auparavant du navigateur solitaire. Allocution de Paul GIROD, président du comité des Régates, et au cours d’une réception intime à  bord de l’Ailée, le fameux yacht de Virginie Hériot, il marque une indifférence qu’il tente à masquer par une attitude polie pour cet hommage qui lui était rendu.

  gerbaut internet

Internet, Alain Gerbault.

 

     

 

 

 

 

INSOLITE

 Depuis les années 1990, un artiste français inconnu envahit les villes du monde entier avec ses mosaïques inspirées de Space Invaders, premier jeu vidéo conçu vers 1970. Actuellement, le street artist  envahit la ville de Miami avec ses 72 mosaïques.

  insolite

Angle de la place général-de-Gaulle et rue Jean de Riouffe  MLR

La première remarquée :

  space invahiders

51, rue d’Antibes                                PPCQA

 

Soyons attentifs, qui verra le premier un yarn bombing sur une statue de Cannes ?

 

LIENS ANNEXES : Alain Decaux Les Heures brillantes de la Côte d’Azur

L’étonnant Boucher de Perthes, père de la Préhistoire, voyageant dans le Midi, revoit Cannes, « embellie par des bâtisses anglaises de toutes formes et couleurs. La première que j’aperçois m’enchante par son élégance originale ; mais est-ce une forteresse, un temple grec ou une église catholique ?… J’apprends que c’est une maison de plaisance, qu’elle appartient à un riche Anglais qui en a fait bâtir deux autres tout aussi singulières».    

  Villa Victoria M.D.

Photo M. D.   

Il s’agit de la villa Victoria, 7 avenue Dr Raymond-Picaud, réplique d’un cottage anglais de style architectural du XVe siècle, sur la partie N.E. du jardin, Lord Woolfield fait construire une église anglicane Christ Church.

Sir Thomas Robinson Woolfield a profondément marqué l’histoire et la vie de notre ville. Pour l’anecdote, il aménage un vaste potager où il plante pour la première fois sur la Côte d’Azur la pomme de terre et le groseillier. Notre reconnaissance doit s’étendre à Lord Woolfield, nous avons le devoir de rendre justice à sa mémoire. M. D.

N.B. : Que reste-t-il des trois figures emblématiques d’une période brillante de la vie cannoise : les stèle et plaque commémorative d’Alain Gerbault disparues, la tombe de Woolfield abandonnée, une plaque d’avenue bien difficile à repérer.

 

ON NOUS COMMUNIQUE

Jeudi 18 avril, une journée à Biot est organisée. Elle débute par une visite guidée du Musée de la Céramique biotoise et du Village qui sera suivie l’après-midi par la visite guidée du Musée Fernand Léger.

 Pour tous renseignements, ( 04 93 69 11 57.

Repost 0
Published by mlr
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 00:32

  en-tête ami archives Bis

MISIA SERT, REINE DE PARIS

Elle était la vedette de la dernière exposition du Musée Bonnard du Cannet : 

  flix-vallotton-misia-sa-coiffeuse-1898-1344889800 b[1]

Félix Vallotton (1865-1925) Misia à sa coiffeuse 1898, Détrempe sur carton 36 X 29 cm  - Paris, musée d'Orsay acquis avec la participation de la Fondation Meyer, 2004 .

 

 Une photographie où on la voit avec les Natanson à la villa Rêve d’or à la Croix-des-Gardes apporte un nouvel intérêt au roman que fut sa vie.

Sur les cimaises, c’est la figure emblématique de la Belle Epoque. Modèle, elle posa pour Vuillard, pour Marie Laurencin, pour Valloton, pour Bonnard.

  E Vuillard Misia 0001

Edouard Vuillard,  Misia Natanson de profil en voiture, Cannes 1901, collection particulière.

 

A Cannes les Natanson - Misia a épousé un lointain cousin Thadéus Natanson - séjournent à la villa Rêve d’or dont ils sont devenus propriétaires avec le frère de Thadéus, (ils ont fondé ensemble  La Revue Blanche en 1903).

« Rêve d’or » : une rose ancienne jaune pâle et une demeure de style Renaissance italienne entourée d’un magnifique parc, sur les sommets de la Croix-des-Gardes, 111 boulevard Leader, une somptueuse propriété s’étendant sur 38 000 m2. Misia y tient salon et y organise de somptueuses réceptions… peu de temps, un divorce en 1904, un remariage en 1905 avec Alfred Edwards, richissime fondateur du Matin et toujours des rencontres, Gabrielle Chanel en 1917 et un nouvel époux, le peintre catalan José Maria Sert dont elle était la maîtresse depuis 1908.

Re-naissance de Misia : elle était aussi la vedette de la pièce La Vénus au Phacochère (écrite par Christian Siméon) au Théâtre de l’Atelier en février dernier, campée par Alexandra Lamy. L. S.

 

CE MOIS A CANNES : Journal des Débats, dimanche 26 mars 1922                

« Il est question d’introduire à Cannes les courses de taureaux et cette nouvelle a suscité une vive et compréhensible émotion notamment parmi la colonie anglaise… Au mois d’avril 1906, Cannes apprenait que le maire avait donné pour une période de trois ans l’autorisation d’installer des arènes. Il se heurta immédiatement aux protestations les plus énergiques qui se manifestèrent sous les auspices de la Société protectrice des animaux dans un imposant meeting auquel prirent part Français et Anglais… Le maire, M. Capron, qui est encore aujourd’hui à ce poste, écrivit à sir Edward Vincent, président du meeting, qu’il  avait été trompé sur le caractère du spectacle qu’il avait autorisé … Les maires et les préfets ont tout pouvoir pour faire interdire des exhibitions qui sont en contradiction certaine  avec la loi Grammont ».  

 

LIENS ASSOCIES : AUGUSTE ESCOFFIER  SOUVENIRS CULINAIRES

En 1876, j’achetai une maison de comestibles à Cannes : le « Faisan Doré » auquel j’ajoutais une salle de restaurant, ouverte seulement pendant la saison d’hiver. Les premiers jours de septembre, nous rentrions à Cannes faire la réouverture du « Faisan Doré »…à la suite de dramatiques circonstances (en 1878, deux mois après son mariage, son beau-père meurt subitement, suivi dans la mort quatre mois plus tard de deux de ses filles), je cédais ma maison à Cannes.  

 

escoffier 3

 

Le restaurant est très discret au N°18, actuellement le 24 de la rue d'Antibes, un gros rideau de fer le dissimulait et il fallait le connaître pour le trouver. Cela n’empêchait pas les gastronomes du monde entier d’y venir. On trouvait sur sa carte : Chapon de Bresse truffé, Cuisseau de chevreuil à la gelée, Blanc-manger. Dans la cour,    A. Escoffier avait fait installer une pompe au-dessus d’un puits afin d’y capter l’eau d’une source dont l’origine était bien au-dessous du niveau de la mer.

 

 

 

 

INSOLITE :    

la guerre est (2)

Théâtre des Mutilés    rue du Chevalier de Mimont       MLR  

 

Immeuble de la Société des Réformés de guerre, Théâtre des Mutilés et Réformés du canton de Cannes. Dans les années 26-27, la ville subventionne la Maison du Mutilé qui accueille 600 mutilés, militaires, civils, familles des victimes de la Grande guerre, qui y trouvent un lieu de réunion, de réconfort, la distribution de secours… et aussi des distractions.

Sources : Ville de Cannes, Histoire d’Espaces publics. L’inscription est une phrase de Victor Hugo, datant du 28 juin 1919. 

 

 

ON NOUS COMMUNIQUE : L’Assemblée générale de notre association, suivie du Verre de l’Amitié, aura lieu le vendredi 22 mars au Logis des Jeunes de Provence, 5 rue de Mimont.  Accueil à partir de 15heures 45. On peut encore payer sa cotisation, 26 euros, ce jour-là ou

aux Amis des Archives, villa Batouch, 5 chemin Morgon- 06400 Cannes.

Et : mardi 26 mars, une journée à Grasse. Le matin, visite guidée de la chapelle Victoria, l’après-midi visite guidée du musée de la Marine Amiral de Grasse. ( 04 93 69 11 57.

 

Repost 0
Published by mlr
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 00:07

en-tête ami archives Bis

EMMANUEL BELLINI

Né à Monaco. Vers 15-16 ans, il cherche à se placer comme dessinateur-apprenti  et « s’expatrie » à Nice où l’architecte Charles Dalmas le prend comme étudiant. Parallèlement, il dessine des affiches, des dessins humoristiques, participe à des concours qu’il gagne.

 Il s’installe à Cannes en 1929 après un passage par Sainte-Maxime afin d’y construire le village de San-Peïre-sur-Mer. Pour l’architecte  Henri Bret,  il dessine le marché Forville et le monastère de Castagniers.

C’est le gouvernement de Vichy qui exigera un diplôme pour s’installer architecte. Emmanuel Bellini l’obtiendra brillamment à Marseille. Il ne s’arrêtera pas de construire, sur la Côte, mais aussi en Savoie, dans le Lyonnais, à côté de Palerme et même à Papeete. Il participera à la construction de la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence comme architecte d’opérations au côté de l’architecte en titre, José Luis Sert.

En 1948, il se lance dans la peinture, deux ou trois œuvres par jour, c’est la frénésie. Sa famille le croit fou. A Cannes, la galerie Martin-Gruson, rue Notre-Dame, organise une première exposition puis, devant le succès immédiat, louera un magasin de meubles, rue Macé, la maison Grosso . C’est une peinture au couteau explosant de sincérité. Deux ans plus tard, la galerie Paul Pétridès, à Paris, lui offre ses cimaises. Bellini vue sur le Suquet

Puis Londres et Monaco pour une magnifique rétrospective de plus de cent cinquante tableaux, dont  certains revenus exprès des États-Unis dans le cadre du Sporting d’Hiver.

Son atelier-musée qu’entretient sa fille, Lucette Bellini, auteure de cet article, est le siège d’une exposition permanente. C’est l’ancienne chapelle située dans le parc de la villa Fiorentina, avenue de Vallauris que Lucette Bellini vient de léguer par testament à la Ville de Cannes. Qu’elle en soit remerciée par tous les amis des archives.

 

Vue sur le Suquet. Collection Lucette Bellini

 

CE MOIS A CANNES

On fête le 15 février 1882 le mariage d’Antoine marquis de Morès avec Marie Medora de Hoffmann, fille du banquier Hoffmann, propriétaire du "château de la mer". Cela se passait à l’église Sainte-Marguerite, à La Bocca.

Michel Winock écrit quelques mots dans sa biographie Clemenceau

A 35 ans, cet ancien saint-cyrien était un phénomène. Il avait, à la suite d’un mariage avec la fille d’un banquier américain, tenté sa chance aux États-Unis sans succès. De retour en France en 1890, il était devenu un agitateur antisémite redoutable proche d’Édouard Drumont, et à la tête d’une garde personnelle recrutée parmi les bouchers de la Villette.

 Son nom était devenu célèbre à la suite d’un duel avec un officier, le capitaine Mayer, qu’il avait tué, soulevant une immense émotion publique. L’affaire de Panama lui avait donné une nouvelle occasion d’agir, et il avait trempé dans l’affaire des faux Norton.

 C’est dans un esprit de vengeance qu’il va, plus matamore que jamais, se porter dans le Var contre Clemenceau.

 

 

CANNES INSOLITE

Nous avons aperçu ces enfants sur la plage du Moure Rouge, plage sans coquillage ni algues.

ramassage de boulettes 

                                                                Plage du Moure Rouge, boulevard Gazagnaire                PPCQA

 

Illustrant les Lettres de Cannes et de Nice déjà parues de M. M. BREWSTER : Il y a beaucoup de beauté et d’intérêt sur les plages de la Croisette… également ce tas de boules et de cônes poilus qui sont répandus sur le sable. Il y en a de deux sortes, l’une est toute ronde et n’est composée de rien d’autre que des poils secs ou des fibres de noix, entrelacés pour former une boule...

 

LIENS ASSOCIES :

Le Festival des Jeux a lieu en fin de ce mois. D’où l’actualité de ce lien.

L’Ultime secret, un livre de Bernard Werber

Le décor : Cannes.

L’événement : le Festival des Jeux pendant la finale du tournoi d’échecs. 

Les personnages : Samuel Fincher et sa maîtresse, Isidore et Lucrèce arrivant sur Cannes pour l’hebdomadaire Le Guetteur moderne et logeant à L’Excelsior. Et Jean-Louis  Martin, un homme ordinaire, victime d’un accident et atteint du Locked-In Syndrome.

L’intrigue : l’assassinat du champion du monde d’échecs Samuel Fincher qui vient de battre la machine ! Le cadavre ne présente que les signes de l’extase absolue ! athanee 006

 

 

L’Athanée 223 avenue de Grasse             L. S.      

 

 

 

 

 

Il est beaucoup question du climat-il fait beau à Cannes en avril -de la plage et de la Croisette. L’auteur nous emmènera de la Morgue, 223 avenue de Grasse à l’Hôpital Sainte-Marguerite sur une des deux îles de Lérins devenu un des plus grands hôpitaux psychiatriques d’Europe. On parlera du Masque de fer, de Vauban, de Saint-Honorat, de la distillerie de liqueur Lerina. On passera par un cabaret  le Hibou  noir, on découvrira sur les hauteurs de Cannes le Club international des Épicuriens et Libertins. On retrouve le Club amateur d’échecs de Cannes  et de la MJC.

Ce roman mêle suspense, humour, science, aventure.

Je ne dévoile que superficiellement l’histoire. Et je vous laisse découvrir l’ultime secret. L. S.

 

LU DANS NICE-MATIN du 29 décembre 2012 qu’une vente exceptionnelle a lieu dans les salons du Martinez avec entre autres un lustre de Murano  retiré du théâtre adjacent à la villa Madrid. Les lecteurs du blog sont en pays de connaissance.

 Lustre murano  

 La photographie que nous reproduisons ici est tirée du catalogue de la vente. Une aimable associée, particulièrement concernée, nous dit de préciser la chose suivante : le lustre est bien italien, acheté dans les années 40 par M. Fernandez, propriétaire alors du théâtre devenu habitable en villa Granada.

Le 31 décembre, Nice-Matin a annoncé qu’il fut vendu pour la somme de 53 280 €.

Voici le théâtre-salon du temps de M. André Capron, adressé par Frédéric Vincent.

  Image-98 (2)-copie-1

 

        lustre dans le salon de dany

 

Et une autre photographie datant des années 50, dans le même salon, adressée par Dany de France.

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NAISSANCE : L’association des Amis des Archives est heureuse de publier le résultat de ses dernières recherches. 

Cet ouvrage est le résultat d’une année de travail de l’atelier de recherches de l’association.boite à courrier Cet atelier qui se réunit le 1eret 3e mercredi de chaque mois au Logis des Jeunes de Provence, rue de Mimont, axe, pour cette nouvelle saison, ses recherches sur la vie à Cannes pendant les années folles. Vous pouvez nous rejoindre et nous faire découvrir vos documents ou votre histoire. Pour tous renseignements ( 09 51 07 43 30.

 

 

ON NOUS COMMUNIQUE

Mercredi 13 février, aux archives Calmette, l’Atelier des archives sur internet aura pour thème Affaires militaires XVIII e et XXe siècle. La réservation étant obligatoire, ( 04 89 82 20 72.

 

Jeudi 28 février : Visite guidée du Vieux Cannet et de ses artisans d’art suivie d’une dégustation de crêpes. Pour tout renseignement, (04 93 69 11 57.

 

 

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 23:40

en-tête ami archives Bis     

PICABIA SUR LA COTE

En 1925, Francis Picabia vint s’installer dans le Midi en compagnie de Germaine Everling au château de Mai qu’il avait fait construire à Mougins. Il n’en repartira que vingt ans plus tard pour rejoindre Paris sa ville natale où il mourut en 1953.

 

Francis Picabia - Acrobate, 1949 (huile sur toile)

25 acrobate[1]

 Il retrouve à Cannes un ami peintre, Georges Capron (1884-1962) qu’il avait connu dans l’atelier parisien de Fernand Cormon. Très vite, Picabia est de toutes les fêtes ; il en est l’organisateur aux Ambassadeurs, au Château Madrid, et au Palm Beach. Décelant le désœuvrement de cette société oisive de la Côte, il crée une confusion novatrice gommant la séparation entre scène et public. Le Gala des Fous, le Gala des Cannibales, La Nuit tatouée permettent aux invités de transgresser les codes sociaux en les encourageant à se donner en spectacle, à repousser les limites de la respectabilité et de la civilité.

Francis Picabia crée énormément. Dès 1925, ce sont des collages avec plumes, macaroni, brins de paille, emplâtre pour cors aux pieds pris dans une couche de peinture industrielle  Ripolin, ses Monstres sont une vision agressive de la société qui l’entoure ; dans les années 40, ses nus sont choisis dans des revues légères.                                                                             

                                                                           Les Trois Grâces                             

                De Rubens      graces[1]                                                                                   D’aprèsRubens   

                                   picabia-francis-francis-martin-les-trois-graces-1169733-1-.jpg

   
    
 

   

 

 

 

En 1933, Picabia s’installe sur son nouveau yacht, Horizon II, ancré en face du Casino au port de Cannes.

 Durant cette période, M. Emile Fabre (1888-1969), antiquaire cannois établi au 19 rue des Etats-Unis, fondateur de l’Association des Amis de Cannes et frère de Madame Georges Capron, a contribué, avec d’autres, à faire connaître ses œuvres aux Cannois et à la clientèle internationale  de la Côte. Dans le mauvais goût de mon époque, je m’efforce d’aller le plus loin possible… F. V.

LIENS ANNEXES

Nous alternerons les lectures et les films dont quelques scènes se sont tournées à Cannes. Nous commençons avec Le Mystère de la chambre jaune. Film français de Marcel L’HERBIER réalisé en 1930 en noir et blanc.

chateau-scott-photogramme.jpg

château scott vue de l'avenue maréchal juin

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                   Château Scott avenue Maréchal-Juin, Photo F. V.

La fille du professeur Stangerson est victime de deux agressions dans sa chambre. Elle échappe de peu à la mort. Qui est le coupable ? C’est Rouletabille qui mène l’enquête…

C’est une adaptation d’un roman de Gaston Leroux, publié en 1908, préfacé par Jean Cocteau. Chambre fermée de l’intérieur, volets de l’unique fenêtre fermés, pas de cheminée….au Château du Glandier, en Île-de-France…Cette énigme « close » a inspiré quelques réalisateurs.

 Maurice Tourneur en a fait un film muet en 1912 ; une version, moins séduisante que celle d’avant-guerre a été tournée en 1948, Rouletabille était interprété par Serge Reggiani. Et plus récemment, c’est une réalisation de Bruno Podalydès qui est sortie sur nos écrans.

 

 

CANNES INSOLITE

  les qutre cariatides4

Les cariatides, villa Le Cid, 103 rue d’Antibes. I.P.  

A propos des Atlantes de la Maison Daumas (Villa Le Cid, 101 rue d’Antibes en 1883), nous recevons la lettre suivante :

MONSIEUR LE RÉDACTEUR,

Voulez-vous me permettre de répondre quelques mots à la lettre que vous écrivait naguère une de vos abonnées à  propos des cariatides de la Maison Daumas.

Loin de moi la prétention de défendre l'art et la morale, parce que ni l'un ni l'autre ne sont en cause ici, et que l'AW (sic et ?) et je souligne le mot à dessein, est toujours moral.

Votre abonnée, dont la pudeur s'effarouche trop facilement à mon gré, me semble être allée un peu loin dans ses appréciations, et, pour ma part, je ne vois pas que le cas de M.Pellegrini soit un cas pendable, ni la nécessité qu'il y a à mettre la police à ses trousses et à appeler sur sa tête toutes les foudres municipales.

Laissons les rosés aux rosiers, la police chez elle, nos édiles à leurs travaux et aux soucis de leur réélection.

Dans leur immobilité de pierre, ces cariatides aux formes amples et puissantes sont une œuvre de mérite : elles dénotent chez le jeune sculpteur, outre la connaissance de l'art antique, des qualités heureuses de facilité et des études solides continues dans le silence de l'atelier. Je sais bien que ces cariatides sont nues, nues comme le discours d'un académicien, et c'est ce qui taquine si fort votre abonnée. Elle a parlé d'indécence. Voilà un bien gros mot appliqué à une œuvre sculpturale. Non, Monsieur le Rédacteur, ces cariatides, dans leur pose froide et insouciante, ne sont pas indécentes. Elles ne le sont pas plus que tous les marbres qui ornent le Louvre, le Luxembourg et tous les musées possibles ; elles ne le sont pas plus que ces anges grassement rosés et ces saints de nos églises qui semblent tous avoir méconnu les douceurs du complet de 35 francs. La chasteté et la pudeur ne sont ni sur la toile, ni sur le marbre : elles sont au cœur et au cerveau et votre abonnée me permettra de ne pas croire à l'école critique qui ne voudrait voir dans Phidias et dans Praxitèle que des polissons demeurés historiques.

Croyez-m'en, Madame, soyez moins prompte à vous alarmer : laissez rire et chuchoter les badauds et les cuisinières ; quant aux enfants, n'en ayez cure : le fabuliste n'a-t-il pas dit que cet âge était sans pitié.

Pour finir, j'engage toutes les lectrices des Échos de Cannes à risquer un œil sur la Maison Daumas, un œil ne serait-ce que derrière leur éventail. L'œuvre de Pellegrini vaut un coup d'œil même des plus jolis yeux.

Merci de votre hospitalité, M. le Rédacteur.

Échos de Cannes 16 / 12/1883  

 

CE MOIS-CI A CANNES : Le Courrier de Cannes 2 janvier 1892.

Hier, Monsieur Guy de Maupassant tenta de se suicider avec des pistolets que son entourage soupçonnant ses intentions, avait chargés à blanc.

En proie à une surexcitation violente, il courut aussitôt dans son cabinet de toilette, saisit un rasoir et s'en porta un coup à la gorge. La blessure n'est pas grave ; mais la surexcitation de M. Guy de Maupassant est si grande qu'elle a nécessité l'emploi de la camisole de force, dans la crainte d'une nouvelle tentative.

On nous assure que M. Guy de Maupassant va être enfermé dans une maison de santé.

 

  ON NOUS COMMUNIQUE

L’association des Amis des Archives organise une visite guidée du Musée d’Art Naïf à Nice suivie de la Cérémonie du thé au musée des ARTS asiatiques.

Pour tous renseignements ( 04 93 69 11 57.  

            Cliché Irène Payan                                                                                                                                                         

carte_de_voeux_2013_pour_les_Amis_des_Archives_copie--2-.jpg

 

 

 

 

 QUE 2013 SOIT POUR TOUS UNE BELLE ANNEE

 

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 22:43

 

en-tête ami archives Bis

LA GARE MARITIME

Son histoire avait commencé dès 1930 lorsque la ville demanda la concession d’installations nécessaires à l’embarquement et au débarquement des passagers de grands navires faisant escale dans notre rade. Un premier pavillon en béton est construit en 1932. Par la suite des locaux pour la douane ainsi que l’inscription maritime y seront installés. En 1950, la Chambre de Commerce et d’Industrie en devient gestionnaire. Elle l’est encore de nos jours.

De nombreux paquebots à destination de l’Amérique du Nord et du Sud faisant escale à Cannes, un agrandissement semble indispensable. Une nouvelle gare maritime d’avant-garde s’appuyant sur une structure métallique est alors construite sur les plans des architectes Georges Buzzi et Lambelin de Nice. Elle sera terminée en 1956. La ville commande au céramiste Roger Capron, de Vallauris, un bandeau de céramique de 150 m2.

Cannes ne méritait pas cet ouvrage…horreur vue par mer ou par terre, le bâtiment et la fresque sont d’une décoration catastrophique…ce granité bon pour le plancher d’une salle de bains n’a pas sa raison d’être au front d’un édifice…ridicule et gigantesque tranche de fromage ! Couleurs mortuaires…pouvait-on lire dans la presse locale.

Surpris par ces nombreux commentaires passionnés, Picasso, Cocteau, des peintres, céramistes et  décorateurs prirent la défense de l’œuvre  en concluant : Le modernisme d’une ville existe, et surtout n’existera, qu’en fonction de sa jeune architecture, de ses jeunes décorateurs et urbanistes. On ne peut continuer à construire comme hier de crainte de mourir étouffé…

En 2004, les abords et les façades du bâtiment sont rénovés par l’architecte Laurent Charpiot, la frise de Roger Capron déposée car elle menaçait de tomber sur les passants.

Pour les Cannois qui pourraient aujourd’hui comme autrefois reprocher l’emploi de matériaux « pauvres » comme le fer et l’aluminium, il est à souligner que ce bâtiment a reçu en 2006 le Label Patrimoine du XXe siècle pour son architecture innovante pour l’époque. L’édifice est cité comme l’un des plus remarquables des années 50 dans les Alpes-Maritimes. Actuellement, au plafond, la structure de la première gare que l’on appelle « le Vestige » est volontairement restée apparente.

 

gare maritime cote Nord

La gare maritime, côté nord. Photo aimablement communiquée par les Archives municipales.

La frise de G. Capron a été reconstituée mais morcelée, visible dans l’entrée et à l’intérieur du nouveau bâtiment qui pourra accueillir différentes manifestations. Un espace de 240 m2, côté quai, sera réservé d’avril en octobre à l’accueil des croisiéristes. M. D.

CE MOIS-CI À CANNES : 29 décembre 1925, mort de Stephen Liégeard à l’âge de 95 ans dans la villa Les Violettes dont son épouse a hérité en 1864. (Ce n’est pas ce qu’il écrit). Extrêmement riche et bon vivant, il fait un grand dîner dans sa villa, relaté dans Annuaire des stars hivernales, revue historique de la saison 1890, pour fêter sa nomination de Commandeur de l’Ordre de la Rose du Brésil, le lundi 6 mai 1890.

La villa est bâtie sur plan carré avec de belles ornementations autour des fenêtres. A l’époque, elle donnait sur la route d’Italie et sur l’avenue de Fréjus, actuellement boulevard du Midi et avenue Georges-Picaud. Elle fut édifiée vers 1865 sur trois étages dans le lotissement Woolfield. Par la suite, une rue qui porte son nom, fut ouverte dans le jardin de la villa afin de rejoindre les deux grands axes.

stephen liegeard plaqueP1020199 (2)

Villa Les Violettes, rue Stephen-Liégeard.    MLR

C’est lui qui  inspira à Alphonse Daudet le personnage de Monsieur le sous-préfet aux champs quand il fut nommé sous-préfet à Carpentras.

Stéphen Liégeard fut, par trois fois, candidat malheureux à l'Académie française, en 1891, 1892 et 1901. Malgré les amitiés qu'il y avait tissées, il ne pouvait lutter face à Pierre Loti, Edmond Rostand ou Émile Zola. Certains dirent, avec humour, qu'il fut victime du Chambertin : en élisant le prétendant, les académiciens n'auraient plus reçu les bouteilles que Stéphen Liégeard offrait avant chaque élection !

En 1887, il écrit à Brochon son ouvrage le plus célèbre, La Côte d’azur, publié à Paris en 1887. Il eut l’idée de l'expression "Côte d'Azur" par analogie avec le nom de son département natal, la Côte-d'Or.

 

CANNES INSOLITE

 plaque chapelle de la miséricorde

Plaque fixée sur la chapelle de la Miséricorde, rue du Dr P. Gazagnaire. E.R.

Cette photo a été prise sur la façade sud de la chapelle de la Miséricorde qui fut chapelle des pénitents noirs, c’est une plaque commémorative qui rappelle son importance dans l’histoire locale. 1635, réunion des États Généraux de Provence pour lever un impôt spécifique à la récupération des îles après l’occupation espagnole. Autre réunion pour la constitution d’un cahier de Doléances de 1789. Dans la réalité, la chapelle était fermée depuis 1787, c’est pourquoi elle n’a pas été prise comme « biens nationaux » durant la Révolution.

ON NOUS COMMUNIQUE :

Le peintre Monticelli, le rêve de la couleur, c’est une vidéo-conférence qui sera suivie du traditionnel buffet de Noël le tout organisé par les Amis des Archives de Cannes. Elle sera donnée au Logis des Jeunes de Provence à 15h45 le samedi 15 décembre.

Pour tous renseignements ( 04 93 69 11 57.

Le lundi 3 décembre, de 18h à 19h, à Espace Calmette, cours de paléographie sur la lecture de textes en Français du XVIe au XVIIIe siècle. (04 93 89 82 60.

 

 

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 19:18

 

  en-tête ami archives Bis

LE FUNICULAIRE DE CANNES

Le dimanche 26 avril 1925 une fête a lieu pour la pose de la première pierre , Le Littoral  en fait foi : s’y trouvaient monsieur Basset, sous-préfet de Grasse, monsieur Capron, maire de Cannes monsieur Tarnonowski, ingénieur de la Société, qui prend la parole …Fête qui marque sur le terrain l’empreinte du premier pas d’un nouveau-né auquel nous donnerons dans quelques instants, là-haut, sous votre gracieux parrainage le nom de Super-Cannes…en donnant ce prolongement de huit cent cinquante mètres jusqu’aux confins de Vallauris, nous faciliterons leur mariage intime, nous donnerons à Cannes, qui craque dans son corset de collines ensoleillées, le moyen de s’étendre affectueusement vers Vallauris qui accueillera avec joie la perspective de cette pénétration féconde.

           L’avant-projet n’est pourtant délibéré que le 16 décembre 1925, la concession serait confiée à la Société Immobilière de Paris et du Littoral et la commune en aurait l’exécution. Le cahier des charges prévoyait des arrêts intermédiaires près du canal de la Siagne et du Pont de Caldana, desservant la Californie et le lotissement du Super-Cannes.

Trois ans plus tard, l’expropriation de terrains compris dans le tracé de la ligne a commencé. La société a traité à l’amiable avec la villa Caldana comme avec la villa Urie. La Ville donne toutes les permissions pour l’exécution des travaux au-dessus des voies publiques. En revanche, le concessionnaire ne demande aucune subvention, ni pour l’exécution des travaux ni pour l’exploitation qui demandera huit personnes.

Les voitures auront cinquante places de voyageurs dont dix places de première classe. Le prix des places est fixé à 3 francs en première classe et 1,50 francs en seconde pour le voyage simple, aller ou retour. Les mécaniciens ou aides mécaniciens devront être obligatoirement français ou naturalisés français. Les rails seront fournis par les usines de la Sarre.  

La société concessionnaire sera exemptée de redevance ou d’impôts communaux. les rails de la SarreP1010434 

 Le Littoral daté du 15 janvier 1928 : l’inauguration du funiculaire a eu lieu le 7 janvier 1928. Il y avait là M. Le Trocquer, ancien ministre, M. Capron, maire de Cannes, M. Missoffe, député de Paris et encore bien d’autres personnalités. Le matin, les invités grimpèrent au sommet de la Californie par le Funiculaire, non sans avoir admiré le délicieux aménagement de la gare de départ (elle est décorée de fresques sur toile du peintre Pastour).

 

Les rails de la Sarre. MLR

 

C’est tout juste si les voyageurs n’applaudirent pas devant l’admirable panorama que leur découvrait la voiture en montant le long de la rude pente…Après qu’un porto leur fut dégusté à l’Auberge de l’Observatoire, des cars emmenèrent les excursionnistes faire le tour du domaine.           

Le trajet est assez sinueux avec 175 mètres de dénivelé, la ligne de 9 mètres de largeur traverse le boulevard des Pins et le boulevard Beau-Soleil puis elle rencontre le canal de dérivation des eaux de la Siagne et la canalisation amenant à Cannes l’eau potable du Loup, le boulevard de l’Estérel et arrive à la station supérieure en sept minutes.

                En 1931, le déficit du funiculaire pousse la Société à trouver un concessionnaire mais refuse l’installation d’un parc d’attraction à la gare d’arrivée.

                Le « funi » est revendu plus tard à monsieur Pugnant, dont la société exploitait d’autres funiculaires en France, il ne résiste cependant pas à la multiplication massive des automobiles. En 1966, une usure des mâchoires de sécurité va servir de prétexte pour en arrêter l’exploitation.

                Malgré un comité de soutien, au début des années 80, auquel participe le peintre Bellini, le funiculaire est abandonné. L’observatoire est mis en vente, la Ville ne peut faire agir son droit de préemption à la vue du prix évalué, une société immobilière en est acquéreuse, obtient un permis de construire, les Cannois se sont tellement opposés à toute construction importante que celle-ci la revend avec le permis à l’émir d’Abou Dabi. Ce dernier présente un nouveau projet en tenant compte de la surface de la voie du téléférique, ce qui lui est refusé. Furieux, il menace de céder la propriété à l’Arabie Saoudite. Le Ministère de l’Intérieur finit par accepter le projet comme pour une autre construction toute proche. Pourtant, à ce jour, l’ensemble est à l’abandon.  MLR.

 

CE MOIS-CI A CANNES :

Le Littoral  du  9 novembre 1929, écrit : La Victoire, il s’agit du monument aux Morts,  portée par des poilus est l’œuvre d’Albert Cheuret (1884-1966) lui-même ancien combattant, officier au premier régiment du génie, blessé deux fois, chevalier de la Légion d’honneur, croix de guerre. Les soldats représentent les différentes armes (infanterie, artillerie, marine et aviation). L’allégorie féminine ailée brandit à la fois la palme des martyrs et la couronne laurée . monument aux morts 

Son emplacement posa problème, proximité immédiate de l’hôtel de ville ou du boulevard Carnot, ou bien quartier du Suquet. Victor Tuby, auteur du monument du quartier de La Bocca : [Il faut]  empêcher au monument aux morts le contact des réjouissances carnavalesques et son encerclement par des foules en liesse, dansant, vociférant ou farandolant… Notre vieille forteresse doit être le Panthéon des gloires cannoises.    

Il est inauguré le 11 novembre 1927.

En 1994, il est totalement restauré. A la demande des anciens combattants, il change d’orientation : désormais, La Victoire portée par les poilus fait face à l’hôtel de ville, délimitant un espace civique et patriotique peut-être plus propice au recueillement.

Monument aux Morts, place de l’hôtel de ville.  MLR 

 

 

CANNES INSOLITE

  lustre casino municipal 

Ce superbe lustre dans l’église du Bon-Voyage est-il la cristallisation des repentirs des joueurs de l’ancien casino municipal qu’il éclaira de sa magnificence ?   

 

LIENS ASSOCIES : A. DECAUX  Les heures brillantes de la Côte d'Azur (1964)

Vers 1792, parut Mlle Saint-Val à Saint-Honorat... Elle était née à Coursegoules … Elle connut  les plus brillants succès de la Comédie-Française… En avril 1791, Saint-Val père avait acheté aux enchères pour 37 000 livres le couvent de Saint-Honorat, au titre de bien national. Ainsi, Mlle de Saint-Val devint-elle abbesse d'un des plus anciens monastères de la Chrétienté… Elle fit de la chapelle un salon, se servit du cloître comme d’écurie quoique la présence des chevaux apparaisse d’une utilité toute relative et finalement utilisa l’autel comme appui de balcon.

  images[4]

Monastère et abbaye Saint-Honorat

Wikimedia commons, auteur Idarvol.

 

 

ON NOUS COMMUNIQUE

Une visite guidée sera organisée à Mougins le 6 novembre.

Pour tous renseignements (04 93 69 11 57.

Le 16 novembre, une conférence est prévue à 10 heures, aux archives municipales, avenue Montrose sur une personnalité de Cannes : Georges Crist. (04 89 82 20 60.

 

Voici les réponses au Q C M  du mois dernier suivies d’une remarque faite par une aimable associée.

Amis des Archives de Cannes

Tentez de gagner un lot surprise en répondant aux questions suivantes, tirées de quelques-unes de nos publications.

1. Quartier Presqu’île

a) Avant les 1ers enrochements portuaires, les formations dunaires à l’Ouest de la presqu’île pouvaient atteindre une hauteur de…

o 3 m o 8 m n 15 m

b) Le casino Palm Beach a été inauguré le 5 avril 1929. Au dîner d’inauguration, qui n’était pas présent ?

o André Citroën n Maurice Chevalier o SA l’Aga Khan

2. Quartier Alsace

a) Depuis le début du XXe siècle, nous pouvons, rue Marius-Aune, offrir ou nous offrir un présent. Quoi donc ?

n Un parfum o Des colifichets o Une icône

b) « Jeune… pour t’éviter l’esclavage elle donna sa vie / sublime sacrifice, martyre pour sa patrie (…) ». A qui rend-on hommage ?

o R . Viglieno n H. Vagliano o L. Pons

3. Quartier Suquet

a) Qui était propriétaire du château de Cannes en 1792 ?

o Joseph de Montgrand n Jean-Charles Hibert o la ville de Cannes

b) La chapelle de la Miséricorde abrite les Pénitents…

n noirs o blancs o bleus

4. Quartier Port

a) Quel est le nom du bateau de pêche traditionnel ?

o une barcasse o une gabare n un pointu

b) Quelle est l'année de la première régate à Cannes ?

o 1850 n 1859 o 1875

5. Quartier Îles de Lérins

a) Dans le bassin cannois, quelle est la fleur qui ne pousse que sur Ste-Marguerite ?

n le lys maritime o l’orchidée sauvage o le ciste blanc

b) Sur un mur de la cellule du Masque de Fer, on peut voir :

o un bas-relief n une fresque o des tags

6. Quartier Terrefial

a) La cloche d’un édifice religieux au destin tout particulier rythme ce quartier des hauteurs de Cannes. Est-ce celle de… ?

n la chapelle Bellini o l’église St-Georges o l’église du Prado

b) L’annexe qui subsiste d’un ancien hôtel fréquenté jadis par le Prince de Galles abrite de nombreux documents, c’est la villa….

o Domergue o Fiorentina n « chez Nous »

7. Quartier russe

a) Un petit théâtre ouvre ses portes certains soirs, est-ce le théâtre ?

o de la Comédie n Alexandre III o de Dix Heures

b) Un maire célèbre habitait une belle demeure du quartier, est-ce…

o B. Cornut-Gentille o E. Gazagnaire n A. Capron

8. Quartier rue d’Antibes

a) La FNAC s’est installée en 2000 à la place d’un ancien cinéma qui s’appelait alors :?

n Olympia o Rex o Français

b) Les Galeries Fleuries démolies en 1974 étaient situées devant quel hôtel ?

o Gonnet et de la Reine o Majestic n Gray d'Albion

9. Quartier la Bocca

a) A qui l’espace Troncy doit-il son nom ?

o un laitier o un vannier n un horticulteur

b) Le chemin de fer arrive à Cannes en 1863. La gare de marchandise de La Bocca ouvre en…

o 1880 n 1883 o 1886

10. Quartier anglais

a) A qui la villa de Lord Brougham, Éléonore-Louise, est-elle dédiée ?

o à sa mère o à sa femme n à sa fille

b) Le conservatoire municipal de musique et art dramatique est installé dans une villa dont le nom en 1900 était :

o Primavera o Selvosa n Allegria

 

 

 

L’emplacement de la FNAC est celui du cinéma « Les Ambassades », l’Olympia lui a laissé la place avant de déménager vers les « Allées ».  Nous voulions simplement tester votre esprit critique…

 

 

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article

Présentation

Recherche

Pages

Liens