Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 09:58

  en-tête ami archives Bis

C’est avec grand plaisir que nous donnons une nouvelle dimension à notre association en créant ce blog. L’objectif de celle-ci, créée en 2001, et dont un bulletin trimestriel assure le lien entre nos presque deux cents abonnés, est de travailler à la sauvegarde de fonds d’archives pour éviter leur destruction, les communiquant aux Archives municipales de Cannes afin qu’ils soient à la disposition d’un très large public. Un bulletin trimestriel assure déjà un lien entre nos presque deux cents adhérents.

La Présidente, Andrée Bachemont.

 

Nous reprenons des textes publiés dans les bulletins, certains peuvent « interpeller » le lecteur et nous lui demandons de faire des remarques voire d’apporter des compléments d’investigations.

 

Le service des Archives de Cannes apparaît dès la création de la Communauté au XVIe siècle. En 1783, il y règne une confusion et un désordre affreux, occasionnés tant par le peu de soins et d’exactitudes qu’on y a apporté, que par l’immensité de papiers inutiles qui, pêle-mêle avec ceux qu’il importe le plus de conserver, rend les recherches longues, pénibles, souvent infructueuses et toujours décourageantes peut-on lire dans une délibération du Conseil municipal . Aujourd’hui, installées avenue Montrose, elles offrent au public une mémoire bien ordonnée.

 

docancien-copie-1

 

La Directrice des Archives municipales de Cannes, M.H. CAINAUD  

 

LA CHAPELLE BELLINI: c’est le témoin du passé de la villa Fiorentina à laquelle elle était reliée par un passage aérien couvert et vitré dans lequel se trouvaient des plantes et des arbustes décoratifs. Elle a été achetée, il y a longtemps, par Emmanuel Bellini, peintre et architecte (nous lui devons le marché Forville), il y avait installé son atelier de peintre mais surtout en avait fait un lieu convivial où il recevait de nombreux amis dans une joyeuse ambiance. Depuis sa disparition, sa fille Lucette arrive avec courage et ténacité à sauvegarder cet endroit insolite, exposer certaines œuvres de son père, mettre en valeur l’édifice pour y attirer de nombreux visiteurs. A.B.

 

Bellini-ML-copie-1.JPG

 

RAPPORT DU 11 SEPTEMBRE 1895 DU COMMISSAIRE DE POLICE DE CANNES AU PREFET: La police a eu vent de création d’une « société des automobiles du littoral » qui aurait pour objet de faire concurrence aux tramways électriques » . En fait ce document fait apparaître l’opposition de la colonie étrangère de Cannes (conduite par le Grand duc Michel de Russie) à la circulation des tramways dans le centre de la ville et en particulier dans la rue d’Antibes. Malgré l’opposition des hivernants, des tramways avaient commencé à circuler à Cannes au début de l’année 1899. Ils connurent dans leurs premières années d’exploitation un grand succès auprès des usagers. Le projet de création, à la même époque, d’une « société de transports publics automobiles » était pour le moins prématuré et n’eut pas de suite immédiate. Les premières entreprises d’autocars ne concurrencèrent les tramways qu’après 1918. Jusqu’à leurs suppressions en 1933, les tramways allaient ,vaille que vaille, continuer à desservir Cannes et les communes voisines. Afin d’éviter les nuisances engendrées par leur circulation dans la rue d’Antibes, il avait été demandé à la compagnie concessionnaire d’étudier la possibilité de les faire circuler en souterrain dans le centre-ville . On se résigna…G.B.   

 Maisonp

  

A l’angle de la rue Cirrodde et du boulevard Vautrin, l’ancien centre de la Société des Tramways.  

 

OLEG-EUGENE TRIPET-SKRYPITZINE est le fils d’Eugène Tripet et d’Alexandra Skrypitzine, il s’installe à Marseille en 1881 et fait ses premiers essais de peinture à l’huile avec pour sujet des paysages de Provence et des marines mais reviendra à Cannes à la mort de son père, à la villa Alexandra. En 1900, il achète un terrain, chemin de Merville, où il fait construire la villa « La Palette » par l’architecte Stoecklin. C’est une belle villa de 400m² au style original, réalisée avec de beaux matériaux qui existe toujours. Les grandes pièces, la montée d’escaliers en bois sont éclairées par des vitraux de couleur. Le vaste et somptueux atelier de 70m² avec sa cheminée monumentale est caractéristique du personnage, à la fois autoritaire et généreux et qui y vit seul jusqu’à sa mort le 16 juin 1935. A partir de 1918, il devient conservateur du musée Fragonard à Grasse, il fera don de nombreux meubles anciens , d’objets de valeur et de quelques tableaux. A.B.  

 

MEMORIAL DU DUC D’ ALBANY

C’est un petit bijou néo-gothique, témoignage remarquable d’une communauté éprouvée par la perte d’un prince bien-aimé, perpétuant son souvenir par la consécration de l’église Saint-George. Chaque élément de l’église, chaque objet a été fabriqué Outre-manche: vitraux voués aux quatre archanges, Michel, Gabriel, Raphaël et Uriel, mosaïques, charpente, ferronnerie, mobilier. Ernest Pellegrini a réalisé l’œuvre majeure de sa carrière en taillant dans un bloc de marbre de Carrare le gisant du duc d’Albany qui occupe l‘aile droite de l‘église. P.D.

 

 

Gisan-JL-Fabron.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lamidesarchives.over-blog.fr - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens