Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 22:35

sans-titreAmiDesArchives 

 

BEL ÂGE : Une « institution » cannoise.

Nous en devons l’initiative au docteur Georges Noyer, installé à Cannes comme cardiologue en 1941. Il met, dès son arrivée, ses connaissances professionnelles au service des collectivités. Il entre dans les municipalités Cornut-Gentille et Ladevèze de 1971 à 1983 et développe une action sociale importante en faveur de l’enfance et des personnes âgées.

D’après le recensement de 1968, Cannes compte alors plus de 14 000 personnes de plus de soixante-cinq ans, soit près d’un quart de la population

 plaque georges noyer

Plaque sur la façade du club Bel Âge, rue Félix-Faure.

Le 22 décembre 1972, est ouvert l’Office municipal d’information du troisième âge, son siège est fixé à l’hôtel de ville. Les ressources de l’Office seront le montant des cotisations, les subventions, les dons manuels, le produit des quêtes et des manifestations autorisées, celui des établissements gérés ; au 73 rue Félix-Faure, est mis à la disposition des retraités et des personnes âgées un premier club. Seront ouverts le club de Notre-Dame des Pins et celui de La Bocca en 1975 et par la suite d‘autres clubs dans les différents quartiers de Cannes. De nombreuses disciplines y ont été développées.

En 2008, les clubs de Cannes Bel Âge comptent 7 000 adhérents, répartis en 9 clubs, avec 60 salariés et environ 170 à 180 bénévoles. Actuellement, sont inscrits 12 000 adhérents.

Vvilla les bleuets 3ient de s’ouvrir en remplacement du « Bel Âge République » le dernier club dans la villa Les Bleuets. Son « plus », une salle de sports et des salons pour recevoir avec une appréciable confidentialité. Ainsi l’association Charles-Vincent y élit parfois domicile, et la grande classe de l’école maternelle Sainte-Marie assure le lien transgénérationnel qu’elle n’avait plus avec la fermeture de la maison de retraite située avenue Maréchal-Juin.

 

 7 avenue Isola-Bella. Photo aimablement communiquée par la GIP Cannes Bel-Âge.

Elle appartenait à E.D.F. après avoir eu comme locataire le directeur de la Compagnie du Gaz. À flanc de colline, la maison comprenait huit chambres de maître, sept chambres de domestiques, trois salons, cuisine et salle de bains et une annexe. Elle fut acquise par la Ville en 2007.

A l’issue d’un an de réhabilitation et 3,1 M€ de travaux, elle accueille à la fois les séniors et les élèves du Conservatoire de musique.

Sources : Histoires d’Espaces Publics. A. Bachemont.

                La Mémoire publique de Cannes. Atelier archives, Cannes-Université.

                  Publication Les Amis des archives. Quartier République. Liliane Scotti.

 

UN GÉNÉREUX DONATEUR : ALPHONSE DE ROTHSCHILD

Alphonse de Rothschild est le fils aîné de James et Betty de Rothschild, installé à Cannes dans la villa que fit bâtir sa mère et actuelle médiathèque.

 Ses donations permettent de restituer fidèlement les nostalgies d’une société 1900, celle des ducs et des altesses en hibernation à Cannes, qui se piquait de donner le bon ton en face des scandales fauves ou cubistes, œuvres charmantes, insouciantes ou anecdotiques, ainsi écrit Roger Soubiran dans son livre « Renaissance du musée des Beaux-Arts de Cannes ».

Alphonse de Rothschild avait fait don, pour une aile du musée qui portait son nom dans l’actuel hôtel de ville et qui exista de 1898 à 1939, d’un fragment de toile dont nous allons narrer l’histoire.

Pour l’exposition universelle de 1889, une commande de l’Etat fut exécutée par Henri Gervex et Alfred Stevens. On y voyait dans un décor postromantique six cent quarante personnages incarnant la grandeur de la France de 1789 à 1889. Œuvre éphémère de plusieurs dizaines de mètres disposée autour du jardin des Tuileries ; l’entrée était fixée à 1 F. Ce panorama du siècle, L’Histoire du siècle, fut découpé de façon raisonnée et partagé entre les actionnaires ayant financé ce projet. C’est ainsi que Alphonse de Rothschild en reçut un « fragment » de 2,28 x 2,28 mètres.

 

Cliché aimablement communiqué par le Musée de La Castre.

2006.0.759_HD_GERMAIN

Le baron, membre de l’Institut, figure au premier plan à droite avec trois autres financiers Léon Say, Pouyer-Quertier, Dufaure qui avaient payé, de plus, le tribut de la libération. Monsieur Thiers, toujours jeune, travailleur toujours infatigable qui s’est donné corps et âme à l’œuvre sainte de la libération et de la reconstitution de la France converse avec le général Le Flô.

 

CE MOIS À CANNES

1970 : MIDEM à Cannes. C’est le triomphe de Mike Brant le 21 janvier. Il en est le gagnant, interprétant Laisse-moi t’aimer.

Le mercredi 22, la chanson Laisse-moi t’aimer est diffusée sur toutes les radios, le 24, au cours du gala de clôture, il interprète en direct Félicita à la manière d’un ténor d’opéra.

 

LIENS ASSOCIES

ALEX BAUSSY : CANNES AUX ENCHÈRES SOUVENIRS D’UN COMMISSAIRE-PRISEUR

Alex Baussy relate la vente, en janvier 1966, du domaine du Grand Jardin, appartenant au sculpteur danois Viggo Jarl en même temps qu’une autre de ses propriétés, la villa Le Pin de la Danse en face du port du Moure Rouge.viggojarl1952 Viggo Jarl résida à Cannes près de vingt ans. Il s’était fixé sur nos rivages en 1925, fasciné par la lumière méditerranéenne tout en restant fidèle, chaque été, à sa province, le Sund. Entre autres furent prisés les soixante-dix volumes des œuvres complètes de Voltaire de 1784 et les trente-six volumes de L’Histoire naturelle de Buffon…Le salon Bernadotte, l’un des clous de la vente. Conformément au vœu de l’artiste, le produit de cette vente fut versé à la Fondation Viggo-Jarl qui abrite et fait vivre plusieurs dizaines d’étudiants en art de toutes nationalités.

Il nous reste une œuvre bien négligée de Viggo Jarl dans un recoin de l’actuel jardin de la Médiathèque et une statue au cimetière du Grand-Jas.

 

Viggo Jarl Cimetière du Grand-Jas.

 

INCONGRU

 balance à bascule

Balance pèse-personnes de l'ancien orphelinat. Photo L.S.

 

Nous avons eu un délicieux goûter de Noël au Logis des Jeunes de Provence et nous sommes passés, à l’aller comme au retour, par cette balance ancienne sans remords !

 

LE COURRIER DES LECTEURS

Une fidèle lectrice, MF, originaire du Piémont, fait elle aussi des gnocchis légers que l’on appelait, se souvient-elle, chicché, se prononçant kiké de même consistance que ceux servis par le restaurateur de "Aux Bons Enfants".

Et puis...Dans le blog de décembre vous évoquez Monsieur Eugène Cornuché. Ma grand’mère me parlait des Cornuchettes, bataillon de jolies filles recrutées par le créateur en 1919 de la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes (SFCMC).

En dehors de ce souvenir de conversations familiales, je n’ai trouvé qu’une référence : Lindy Woodhead dans son ouvrage, Shopping, Seduction & Mr Selfridge raconte que

Cornuché avait fait venir 16 « girls » de Paris, les habilla et les para de bijoux. Installées aux tables de jeux elles devaient passer pour des joueuses normales.

Ces jeunes femmes amèneront une affluence autour des tables et des mises en conséquence.

Une des Cornuchettes épousera un Duc français. J.M.M.

   

ON NOUS COMMUNIQUE

À la demande de Cannes Bel Âge, nous avons présenté le diaporama Ballade à travers Cannes d’hier et d’aujourd’hui dans le cadre de « La Semaine bleue » puis pour son service « animation ».

Notre dernière publication Les Années folles, à Cannes bien sûr, est une invitation à nous solliciter de nouveau.

les années folles-copie-1

Photo les années folles.

Jeudi 15 janvier, Logis des Jeunes de Provence, rue de Mimont, conférence par Jacques Coquelin L’empire Steinway de sa naissance à nos jours. Elle sera suivie de la Galette des Rois. Pour tous renseignements (06 16 78 97 71.

 

Les dés d’une nouvelle année commencent à rouler, encore 364 jours de comédie à jouer. Jean Cau.

Jouons-la bien !

L’équipe du blog souhaite à tous la sacralisation du Respect dont la cinquième République devrait faire la fête, chômée pourquoi pas, après la Fête-Dieu, l’Etre-Suprême, la saint Napoléon (le 15 août) ? Un monument au dos de chaque monument aux Morts, avec quelle égérie sans réminiscence belliqueuse… Ce serait une Bonne Année, au moins pour les statuaires !

Partager cet article

Repost 0
Published by mlr
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens