Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:04

en-tête ami archives Bis 

LA REVOLUTION ET L’EGLISE A CANNES 1789-1824

En 1791-1792, les relations entre le peuple et le clergé se tendent. Celui-ci, après la déclaration du pape Pie VI, se divise en prêtres réfractaires (au serment qu'ils doivent prêter, de fidélité à la constitution) et constitutionnels, un conflit apparaît. Maximin Isnard, un député grassois, attaque les prêtres réfractaires dans un discours devant l’Assemblée législative en novembre 1791 : Vous les ramènerez par la crainte ou vous les soumettrez par le glaive…Le parti des prêtres non-assermentés…ne fait qu’un avec celui de l’aristocratie.

En août 1792, dans un arrêté municipal, la municipalité de Cannes prend la défense des prêtres assermentés et décrète que défense…à toute personne de tenir…aucun propos indécent, injurieux ou capable d’exciter le soulèvement populaire sous peine d’être poursuivit criminellement comme perturbateur de la tranquillité publique.

Vers 1800, on voit, à Cannes, une église devenir un temple civique républicain, puis grange à foin, puis servir à la fois pour le culte civique et le culte catholique.

Napoléon rétablit le calendrier grégorien et s’adressant aux maires : Vous pourrez permettre …la sonnerie des cloches pour le service divin, il ne rendra pas au Clergé les biens vendus. La religion catholique n’est plus une religion d’état, citoyens qui proférez les religions protestantes, la loi a également étendu sur vous sa sollicitude…

Napoléon organise en son honneur des fêtes religieuses auxquelles les civils sont obligés d’assister : La fête de la saint Napoléon et celle du rétablissement de la religion catholique seront célébrées dans toute l’étendue de l’empire, le 15 août de chaque année. Il sera prononcé dans les églises, dans les temples, et par un ministre du culte, un discours sur la gloire des armées françaises et sur l’étendue du devoir imposé à chaque citoyen français de consacrer sa vie à son Prince et à la patrie.

De 1820 à 1824, sous la Restauration, de nombreuses cérémonies religieuses sont organisées à la mémoire de l’ancienne famille royale ou pour le baptême d’un prince. Le courrier du sous-préfet de l’arrondissement de Grasse annonce au maire de Cannes, le 4 octobre 1820, la naissance du duc de Bordeaux, héritier du trône dont il est prévu de fêter le futur baptême. M. Siméon, préfet du département du Var, compte sur la joie publique, l’enthousiasme pour un prince à qui la France doit le bonheur qui commence à luire sur notre patrie. L.S.

LORD BROUGHAM ET LES VOITURES

Au moment où General Motors est en difficulté, il est intéressant de savoir que cette firme a rendu hommage à Lord Brougham en attribuant son nom aux modèles les plus prestigieux de sa gamme Cadillac. Malgré un prix astronomique, cette voiture est vendue à perte. C’est la perfection automobile.

La Brougham Owner’s Association réunit les heureux propriétaires. La voiture officielle du président Clinton est une Cadillac Fleetwood Brougham. Le label est repris pour valoriser les finitions « luxe » des Buick, Oldsmobile, Pontiac, Chevrolet puis Chrysler, Mercury, Plymouth et même la Ford Gran Turismo, Nissan l’utilise pour sa Maxima.

Comment justifier ce choix ? Lord Brougham s’est intéressé à la physique, à la géométrie, il invente Red Brougham Profile view[1]un coupé de ville réalisé en 1838 par les carrossiers Robinson et Cook de Mount Street à Londres. C’est la première voiture à quatre roues pouvant être tirée par un seul cheval grâce à son attelage particulier. Une caisse fermée, vitrée même à l’avant comme un pare-brise, descend assez bas entre les trains avant et arrière. Un coffre à l’air libre sert de siège au cocher et au valet de pied qui l’accompagne. Le Brougham est alors le modèle le plus répandu en Angleterre.

    Un Brohm

 Hooper construit en 1845 un coupé spécial pour le comte de Belfast : le Brougham Landaulet propose une capote s’ouvrant vers l’arrière puis le Double Brougham deux banquettes en vis-à-vis.

En 1885, Holmes de Derby remplace le pavillon de bois par du cuir.

Napoléon III possède plusieurs Brougham parmi ses attelages.

Oscar Wilde cite dans sa nouvelle Le Sphinx n’a pas de secret un certain Brougham jaune. Ce coupé est aussi évoqué par Théophile Gautier au chapitre 7 de son Avatar. Notre Cannois a contribué en plus de ses hautes fonctions, à l’évolution du transport individuel. J.B.

LIENS ASSOCIES

Le prince Poniatowsky, dans D’un siècle à l’autre, raconte comment, lors d’un séjour à Cannes en 1887, il se rendait quelque fois le soir à Nice ou à Monte-Carlo pour y jouer au casino. Mais s’il lui arrivait de manquer le dernier train, étant en smoking je remettais mon départ au lendemain soir afin de rallier Cannes, et une fois à Cannes, l’hôtel des Princes dans un accoutrement plausible ; plutôt que de se faire remarquer rentrant le matin en tenue de soirée à Cannes, je reprenais de façon impeccable mon rôle de jeune homme mondain. Car une fois rentré à Cannes, il ne fallait pas se vanter d’avoir été à Monte-Carlo, non seulement dans les familles mais auprès des jolies Américaines…

hôtel des princes

 

 

h-tel-des-princes--2-.JPG

 

 

 

 

    Hôtel des princes Bd Jean Hibert - Archives municipales

 

 

 

 

                                                                                                 Hôtel des princes 2011 - MLR

                                                                                                                     rue Georges-Clemenceau

 

C’ETAIT HIER Le Littoral 5 mars 1942 texte écrit par Joseph Gubert Un ancien de Stan, « Parfums de rosé, de jasmin de lavande »

 

Jean Gras, un autre camarade (du collège Stanislas), était dès son jeune âge un garçon puissant, sorte de géant, qui eut une courte vie très remplie. Il ne se contenta pas de diriger la très importante pharmacie des Allées ; il était aussi le représentant du célèbre chimiste allemand SchimmI. Cela fut un peu critiqué, mais cet ami en somme se bornait à acheter à la commission les lavandes dans les montagnes des Alpes où une usine était installée à Barème. Cette plante était pour ainsi dire dédaignée, et se vendait à très bas prix. L'Allemand en avait fait le fonds de la fameuse eau de Cologne Jean-Marie Farina qui revenait ainsi à un prix très bas. Peu à peu les puissants parfumeurs de Grasse dressèrent l'oreille et la lavande comme la rose et le jasmin connut une ère de prospérité inouïe. On en planta partout.

Ce fut la fortune, jusqu'au jour où l'industrie des parfums synthétiques — venus d'Allemagne aussi — concurrença durement les parfums purs dont Grasse garde toujours le monopole. La ville de Fragonard reste la Cité des Parfums, connue mondialement.

Jean Gras se tua dans un accident d'auto en descendant de son usine et ainsi s'allonge l'allée des cyprès où se rejoignent dans mon souvenir mélancolique tant d'ombres...   

   

pharmacie des allées

pharmacie des allées516 rue Félix Faure

 

 

 

     

 

 

 

Aimable participation des Archives municipales 

Pharmacie des Allées rue Félix Faure                                          Trop tard ! MLR.

 COMMUNIQUE : les Amis des Archives de Cannes, avec le concours du Syndicat d'Initiative présentent la vidéo-conférence Cannes insolite réalisée par Michèle David le vendredi 16 décembre à 16H30.

Rendez-vous Maison des Associations, rue Louis-Braille, conférence suivie du traditionnel buffet de Noël. (04 93 69 11 57.  

Partager cet article

Repost 0
Published by mlr - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens