Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2022 2 16 /08 /août /2022 00:06

 

ACTUALITES : LE TEMPLE  MACONNIQUE

Temple maçonnique. Rue Dr Budin

Temple maçonnique. Rue Dr Budin

BILLET N° 149 SEPTEMBRE 2022

Construit en 1869, Il porte le nom de Loge de la Vraie Lumière, une des loges de la Grande Loge de France. Il suit le rite écossais qui va du premier au trente-troisième degré, lui-même passé par le rite hispano-portugais fuyant Isabelle la Catholique et migrant à Bordeaux.

 Le Temple. Le fronton est encore orné de deux sphinx, de l’équerre et du compas.

Le Temple. Le fronton est encore orné de deux sphinx, de l’équerre et du compas.

La bâtisse est inaugurée le 18 mars 1928.

La salle est ornée de tableaux peints .

 Le Temple, intérieur. Nice-Matin.

Le Temple, intérieur. Nice-Matin.

Les douze piliers signifient les signes du zodiaque, la corde à nœuds est le lien qui unit tous les frères.

Il nous a été dit, en la période troublée de 1943, que c’est grâce aux tableaux peints par Jean Despeaux que le temple n’a pas été démoli dans la chasse aux francs-maçons.

Le temple a été baptisé récemment Louis-Lachazette, en mémoire du principal acteur de sa construction. Il accueille quatorze loges et jusqu’à une centaine de frères.

La pierre brute et la pierre taillée posées de part et d’autre du Président sont le symbole du chemin initiatique qu’un frère doit parcourir pour passer de l’apprenti à l’initié.

Espérons que, lors des Journées du Patrimoine, les portes de ce Temple maçonnique seront ouvertes aux Cannois.

 

LES CLAIROIRS

Ils étaient initialement au-dessus d’une porte d’entrée et étaient dépourvus de verres pour laisser entrer air et lumière. L’idée fixe était que l’air vicié, c'est-à-dire non renouvelé était porteur de maladies, ce qui est toujours valable.

Portes rue Négrin, rue d’Alger.
Portes rue Négrin, rue d’Alger.
Portes rue Négrin, rue d’Alger.

Portes rue Négrin, rue d’Alger.

Dans les cités du Moyen-âge, les maisons disposent ainsi d’une climatisation naturelle.

L’été,  les toits sont surchauffés par le soleil. Les ruelles étroites sont plus fraîches et les quelques degrés de différence mettent l’air en mouvement.

L’air s’engouffre dans les corridors par les clairoirs des entrées dotées de grilles et remonte dans les cages d’escaliers et les cours intérieures, le courant d’air chaud selon l’effet de « cheminée thermique » est expulsé en toiture.

Sources :  Félicien Carti ,Ventilations naturelles. Archives municipales BH1782.

 

LIENS ANNEXES : J.M.G. LE CLEZIO Etoile Filante. 1992

1943 : Tristan et sa mère sont réfugiés à Cannes. Ils habitent au premier étage de l’hôtel Victoria une petite chambre avec un balcon donnant sur la place (rond-point Duboys d’Angers). Les premiers étages étaient tous occupés par des familles pauvres que les Italiens avaient assignées à résidence, et il y avait tant de monde que dans la journée l’hôtel bourdonnait comme une ruche.

Auparavant, Tristan et sa famille y (à Cannes) avaient vécu dans le cercle fermé des Anglais en villégiature que la guerre avait encore restreint.

Toutes ces familles juives partiront en autocar à Saint-Martin-Vésubie. Ce village de l’arrière-pays niçois sera membre des « Villes et Villages des Justes de France » et on rendra hommage aux « Justes parmi les nations » de la Vésubie et aux réfugiés juifs déportés en 1943.

Cérémonie du 25 septembre 2016 : Saint-Martin-Vésubie est officiellement reconnu "Village membre des villes et villages des Justes de France".
Cérémonie du 25 septembre 2016 : Saint-Martin-Vésubie est officiellement reconnu "Village membre des villes et villages des Justes de France".
Cérémonie du 25 septembre 2016 : Saint-Martin-Vésubie est officiellement reconnu "Village membre des villes et villages des Justes de France".

Cérémonie du 25 septembre 2016 : Saint-Martin-Vésubie est officiellement reconnu "Village membre des villes et villages des Justes de France".

N.B : le 3 septembre 1943 est proclamé l’armistice entre l’Italie et la coalition anglo-américaine. Il est connu le 8. C’est l’effroi à Saint-Martin : Alors les Italiens vont partir ?

 

CE MOIS A CANNES : UNE MORT ANNONCÉE

A partir de 1856, Prosper Mérimée séjourne régulièrement à Cannes dans l'espoir de soigner l'asthme qui l'affecte. Malgré le climat salutaire de la Côte d'azur, son mal s'aggrave d'année en année. Il s'excuse à plusieurs reprises auprès du Sénat de ne pouvoir assister aux séances en raison de ses problèmes de santé.

Vers  1864, il devient asthmatique, bronchitique et emphysémateux au dernier point. A Montpellier, un médecin  peut le traiter par les « bains à air comprimé ».

L'appareil avait la forme d'un kiosque cylindrique dans lequel on enfermait le malade. Celui-ci, écrit Mérimée, s'assied à l'intérieur « avec une chaufferette sous les pieds ; puis une machine à vapeur pompe dans la boîte l'air qui s'y comprime au point de faire tinter les oreilles assez désagréablement. J'y reste deux heures... ».

Grâce à ce  traitement, imaginé par Tabarié et appliqué à la même époque à Lyon par le docteur Pravaz,  et à son « Institut médico-pneumatique », Prosper Mérimée put respirer, enfin !

Il écrivait à la princesse Colonna : « Mon médecin de Paris m'a ausculté et m'a dit... qu'il ne trouvait plus d'emphysème. Bref, je suis transformé. Très bien, pourvu que cela dure, comme disait à la hauteur d'un 3e étage un homme qui tombait du 5e  ».

Au mois de mars 1869, il paraît si fatigué que son entourage croit sa mort imminente. L'annonce de son décès se répand dans la capitale. La rumeur est confirmée par voie de presse jusqu'à ce que Le Figaro publie un démenti.

Le 10 septembre 1870, il quitte Paris pour la Côte d'azur. Il est exténué et doit s'aliter nuit et jour. Il décède à Cannes le 23 septembre 1870, veillé par Fanny Lagden, son amie de toujours.

 

Maison où mourut Prosper Mérimée. Le Suquet par Prosper Mérimée. Gouache. 35,5 x 44cm. (Photo Musée d’Art et d’histoire de Provence , Grasse)
Maison où mourut Prosper Mérimée. Le Suquet par Prosper Mérimée. Gouache. 35,5 x 44cm. (Photo Musée d’Art et d’histoire de Provence , Grasse)
Maison où mourut Prosper Mérimée. Le Suquet par Prosper Mérimée. Gouache. 35,5 x 44cm. (Photo Musée d’Art et d’histoire de Provence , Grasse)

Maison où mourut Prosper Mérimée. Le Suquet par Prosper Mérimée. Gouache. 35,5 x 44cm. (Photo Musée d’Art et d’histoire de Provence , Grasse)

Sources : Archives du Sénat.

                  Guitard Eugène-Humbert. Revue d’Histoire de la Pharmacie.

 

COMPLEMENT D’ENQUÊTE :

Nice-Matin du jeudi 4 août précise que l’œuvre Le Liberator  faite d’hélices et de moteur, (billet précédent N°148) est de Max Cartier et qu’elle a été posée en 1994. Dont acte.

 

ON NOUS COMMUNIQUE

Dimanche 11 Septembre : Viva Association au Palais des festivals. Nous y sommes.

Bonne rentrée à tous. Cultivons notre esprit, non imposable et à frais réduits. MLR

Partager cet article
Repost0

commentaires