Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2016 2 23 /02 /février /2016 14:20

LE QUARTIER DE LA CALIFORNIE

Son nom vient de la culture du cassier qui se pratiquait de façon abondante sur cette colline et dont la fleur, recherchée par les parfumeurs de la région, se revendait à prix d’or, à l’instar de cette contrée lointaine où l’on allait chercher de l’or, cette colline enrichissait ses heureux propriétaires.

Le quartier est surnommé La Petite Russie. En 1903, le gendre de M. Tripet-Skrypitzine, le général vicomte de Salignac-Fénelon, fait l'acquisition de la partie nord du jardin de la villa Alexandra et commande un projet de résidence d'hiver à l'architecte champenois H. Piquart. Ce n'est qu'en 1920 qu'il fait réaliser le projet commandé avant la Grande Guerre et qui prend le nom de villa Fénelon.

La villa est bâtie sur plus de 1200 m2 avec vue « encore » plongeante sur Cannes.

Pavillon de Flore, 22 avenue Coste-Belle.
Pavillon de Flore, 22 avenue Coste-Belle.

Pavillon de Flore, 22 avenue Coste-Belle.

Pablo Picasso achète la maison en 1955 et s'y installe avec Jacqueline Roque. Le photographe Lucien Clergue est le témoin de la vie du peintre à La Californie. C'est de là qu'il peint, en 1958, La Baie de Cannes où il représente le paysage marin étranglé par le milieu urbain.

La villa était considérée comme « l’Escurial du Maître » où son ultime favorite, Jacqueline Roque, filtrait les visites, en particulier de ses petits-enfants Pablo et Marina, car « Monseigneur » travaillait.

Picasso est alors un fervent communiste, on reçoit régulièrement dans la villa, Hélène Parmelin et son époux Edouard Pignon.

En 1961, la construction d'un nouvel immeuble lui cachant la vue sur la mer le décide à rechercher un autre lieu. Il abandonne la villa cannoise et s'installe à Mougins.

 Lors de l'inventaire de la succession du peintre, de nombreuses œuvres jusqu'alors ignorées sont trouvées dans la maison et font l'objet de la dation Pablo Picasso de 1979 à l'origine du musée national qui porte son nom.

Suite à la réouverture du musée Picasso à Paris (Hôtel Salé), Marina Picasso, unique petite fille légitime, a donné ses impressions et ses souvenirs amers à l’hebdomadaire Le Point du 24 décembre, ce qui a suscité cette rubrique.  

Marina Picasso a hérité de La Californie, y a fait faire d’importantes transformations, la baptisant Pavillon de Flore et cependant, trop lourde en réminiscence, Marina Picasso décide actuellement de la mettre en vente.

Sources : Wikipédia ; Le Point N° 2258 ; Picasso, créateur et destructeur, par Arianna Huffington.

Voir aussi le billet de lamidesarchives N° 27 juillet 2012.

LES CONFÉRENCES NOUS INSPIRENT

En décembre 2015, Jacqueline Leconte et Michelle David ont fait une vidéo-conférence Les Régates à Cannes suivi par un magnifique diaporama réalisé par Irène Payan.

Michelle David a évoqué le créateur des Régates à Cannes, Léopold Bucquet.

Léopold Bucquet, ingénieur des Ponts et Chaussées, vint à Cannes avec sa mère devenue veuve pour y soigner une santé chancelante. Madame L.B. Bucquet achète alors en 1846 un vaste domaine et y fait construire le Château Montfleury.

L. Bucquet, canotier de Seine, surnom qu’on lui donne, s’adresse à Honoré Arluc, charpentier de marine dont les chantiers sont établis à côté de la rue Rouguière (rejoignant la rue Félix-Faure à la rue Meynadier), à l’est de la maison Gazielle (actuellement Splendid Hôtel). Ainsi, sur ses plans, est bâti le premier bateau non ponté : l’Alma.

Photographie extraite d’une revue de 1927.

Photographie extraite d’une revue de 1927.

 Sur l’initiative de L. Bucquet et d’E. Tripet, la Société des Régates de Cannes est fondée. Les premières Régates ont lieu en 1859, la navigation de plaisance est née.

En ce lundi de Pâques 1859, quatre yachts, le Lero d’Alphonse Gioan, l’Olga d’Eugène Tripet, Jeannette de M. Turcat et le Touriste, second bateau de L. Bucquet entrent en course, rejoints par de petites embarcations à voiles, à rame ou à godille, au total 26 bateaux prennent le départ.

S’installant définitivement à Cannes, L. Bucquet fait bâtir la villa Lucia, domaine rural à l’époque.

Villa Lucia, 55 avenue Maréchal Juin. Photo MLR. Vue arrière et façadeVilla Lucia, 55 avenue Maréchal Juin. Photo MLR. Vue arrière et façade

Villa Lucia, 55 avenue Maréchal Juin. Photo MLR. Vue arrière et façade

Il s’éteint à Cannes en la villa Alba, route d’Antibes le 16 mars 1862, à l’âge de 44 ans.  Sa mère avait revendu le château Montfleury en 1855 pour acheter la villa Alba, chemin de la Californie (actuellement villa Luna Nova, 16 avenue du Roi-Albert).

 

ET LE MOIS DERNIER

Nous avons eu une conférence remarquable le mois dernier : A la rencontre de Guy de Maupassant. Nous en avons retenu deux extraits.

Maupassant a sur Cannes des impressions parfois contradictoires je n’ai jamais vu nulle part ces couchers de soleil de féerie, ces incendies de l’horizon tout entier… tantôt sarcastiques les innombrables villas semées dans la verdure ont l’air d’œufs blancs pondus sur les sables, pondus sur les rocs, pondus sur des forêts de pins par des oiseaux monstrueux venus pendant la nuit du pays des neiges que l’on aperçoit là-haut. (Sur l’eau)

Le 20 mars 1883 le PLM de 7 heures du soir le dépose à Cannes à 16 heures. Il descendait chez sa mère qui séjournait villa Mon Plaisir, boulevard d’Alsace. Un hôtel de trois étages récemment construit (vers 1870) agrémenté d’un grand jardin et faisant pension. Maupassant a également séjourné au Splendid Hôtel et au Chalet de l’Isère que nos lecteurs ont déjà localisés.

Hôtel des îles britanniques. 9 boulevard d’Alsace.

Hôtel des îles britanniques. 9 boulevard d’Alsace.

La Pension Monplaisir devenue Hôtel Britannique a été construit vers 1875 par Monsieur Alexandre Sue. Vers la fin du XIXe siècle, sont rajoutées deux ailes aux extrémités. Transformé en copropriété en 1952, il prend le nom de Résidence des Iles Britanniques. Dans les années 1956, la partie sud-est de l’immeuble est modernisée et devient la Résidence Provençale.

Où se situe André Capron, le maire de Cannes bien connu des Amis des archives, dans cette famille de Maupassant ?

Le trisaïeul d'André Capron, au XVIIIe siècle, est un dénommé Jean Jacques Salomon Oulson (1717-1790) originaire d'une famille protestante d'armateurs et de capitaines au long cours implantée à Rouen et sa région.

Parmi ses enfants une de ses filles, Geneviève est l'arrière-grand-mère d’André Capron et sa sœur, Thérèse, a une petite fille qui épouse Albert Pluchard (1798-1853).

La sœur de cet Albert Pluchard, Aglaë (1796-1850) épouse en 1821 Jules Maupassant grand-père de Guy.

Pour la famille Capron ce sont des cousins, un peu éloignés.

Pour Gustave et Laure de Maupassant, Madame Pluchard est leur tante.

Pour Guy et son frère, Albert Pluchard est un cousin germain.

 

André CAPRON aurait-il rencontré Guy de Maupassant à Cannes ? C'est peu probable, André Capron venant de Paris, arrive à Cannes en 1890 pour se marier au mois de juin de la même année. Guy de Maupassant est déjà très malade et n’a certainement pas fréquenté les réceptions mondaines de la villa Madrid ; durant les années 1890, 1891 et 1892 Guy de Maupassant ne fera que de courts séjours à Cannes.

 

LES JARDINS ET VOIES PUBLIQUES.

Photo. Plan du square Mero aimablement communiqué par les Archives municipales.

Photo. Plan du square Mero aimablement communiqué par les Archives municipales.

En 1897-1898, la ville de Cannes a acquis ce terrain sur l’emplacement du cimetière de l’aire des Souis ou du caroubier , du nom des arbres qui y étaient plantés et supprimés en 1882.

Après l’enlèvement des tombes qui restent encore, les déblais seront transportés au nouveau cimetière aux frais de la Société Immobilière de Cannes dont le directeur est Louis Nouveau, qui prend à sa charge tous les frais de plantations, achat d’arbres et arbustes compris sur un lot de 1000 m2 .

Il s’agit d’aménager le lotissement du Riou, la ville prévoit l’installation d’un groupe scolaire attenant ; et ce cimetière désaffecté, La Commune, reste des années non interdit au public, toujours libre d’accès jusqu’en 1917.

Le 28 mai 1909 la ville décide d’y construire une école provisoire de trois classes.

Le 7 décembre 1934, par délibération du conseil municipal, est donné le nom de Parc Donat Mero au jardin public aménagé dans les terrains entourant le bassin des Eaux, réservoirs d’eau potable.

C’est un hommage mérité à ce maire qui a obtenu de Napoléon III la concession, non seulement du canal de la Siagne mais aussi du canal du Loup quatre ans après.

Au cours de la manifestation, le maire adresse ses félicitations à M. Robert qui a mis toute sa compétence au service de la Ville pour la création de ce jardin, sans oublier le jardinier-chef, M. Daumal.

A proximité du jardin existe un abri anti-bombardement datant de la Seconde Guerre. Redécouvert à l’occasion de travaux, il sert d’entrepôt.

Le square Méro est fermé puis, de nouveau inauguré en 1965, et de nouveau fermé pour travaux.

Connu également sous le nom de Jardin des Eaux, le square Méro, initialement loué par la ville à la Lyonnaise des Eaux, lui est cédé depuis le 13 janvier 1989 à titre gratuit.

Nouvelle inauguration en mai 2013, le jardin est superbement aménagé, on assure que tous les arbres existants ont été préservés, Micocouliers, arbres de Judée, Cèdres, Cycas, Magnolias et Stranvesias nous attendent. 

 Porte des anciens réservoirs. Compagnie d’irrigation de France, canal de la Siagne, 1868.Photo MLR.

Porte des anciens réservoirs. Compagnie d’irrigation de France, canal de la Siagne, 1868.Photo MLR.

Sources : Ville de Cannes, Histoire d’espaces publics.

Archives municipales : 2 O10 1849-1937.

ON NOUS COMMUNIQUE

L’Assemblée générale de notre association aura lieu le vendredi 18 mars à 16 heures à la Maison des Associations, rue Louis Braille.

Partager cet article

Repost 0
Published by mlr
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens