Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2015 4 27 /08 /août /2015 00:47

ACTUALITES : LE POUSSIAT

BILLET N° 65 SEPTEMBRE 2015

Le Musée éphémère du cinéma au palais des festivals avec son « Usine de films amateurs » de Michel Gondry offrait cet été aux visiteurs de réaliser gratuitement un film en trois heures (durée de la séquence, sans reprise, trois minutes). De nombreux box permettaient de jouer dans des décors différents. Cette photo est extraite d’une première co-production.

De quoi faire le lien avec le passé, le poussiat est un pieu, un poteau ; le Poussiat est donc le quartier où se trouvaient les poteaux enfoncés en terre pour y amarrer les embarcations au sec (Pierre Vouland, Etude de toponymie régionale).

Le décor représente une des arcades de l’actuel marché Forville. Ce marché est « récent ». C’est à partir de 1860 que l’on se préoccupe de doter la ville d’un marché central. Avec l’arrivée des riches résidents, il fallait réserver à la promenade la plus belle place de la ville, la place de la Marine, située au bord de la mer, or c’est sur le Grand Cours, à l’extrémité est de cette place, (à l’emplacement actuel de la mairie) que se tenait chaque jour le marché.

Le lieu avait été choisi au cours de la séance municipale du 16 mai 1861. La commission a choisi à l’unanimité le quartier du Poussiat … parce qu’en démolissant les vieilles maisons de ce quartier pour faire l’emplacement de la Halle et en relevant le sol, on assainirait un quartier vraiment infect dont l’état nuit à la santé publique ».

Le nouveau marché n’est édifié qu’en 1884. Ce sont de pittoresques pavillons en bois couverts de tôle.

Remerciements F.V.

Remerciements F.V.

En 1934, sur le même emplacement, de nouvelles halles en maçonnerie lourde remplacent les structures légères, sur un seul niveau, les occupants des immeubles riverains avaient manifesté leur opposition à un bâtiment à deux niveaux, redoutant sans doute des nuisances sonores. Il garde encore une certaine authenticité.

Sources : Gabriel Bernard, Le Suquet, atelier « Recherches sur le passé de Cannes ».

ACTUALITES : LA BASTIDE ROUGE

Service presse de la mairie

Service presse de la mairie

C’est une ancienne maison rurale du XIX e siècle au centre d’une surface d’environ onze hectares, située sur une parcelle d’un vaste domaine abbatial de Lérins vendu à la Révolution.

Vers 1925, la maison se composait d’un corps central encadré de deux ailes. Un portique imitant une galerie de cloître roman bordait la façade sud du corps central, précédé d’un jardin très élaboré dit jardin monastique planté d’essences méditerranéennes que protégeaient au sud des cyprès florentins, avec une exèdre pour cacher la tuilerie voisine et à l’ouest une haie de cyprès de Lambert où s’intercalaient des cyprès florentins.

Le domaine agricole aurait été ensuite acheté par la parfumerie Chris, sans doute sans la bastide.

A. Bachemont, A la découverte de … La Bocca. Publication Les Amis des archives.

Des locaux modernes de 800m2 répartis sur trois étages sont offerts aux jeunes entreprises prometteuses par la ville de Cannes. La Bastide rouge, à La Bocca, abritent désormais des startups autour de l’économie créative, l’imagerie numérique et les nouvelles technologies.

CE MOIS A CANNES : Fête de la Saint-Fiacre

Les jardiniers se préparent à fêter dignement leur patron : Saint Fiacre. Cette fête, qui sera très brillante, aura lieu les 2, 3 et 4 septembre et sera donnée dans le local de l'exposition, rue Oustinoff…

Nos jardiniers et maraîchers s'en sont donné à cœur joie hier dimanche.

Leur bal a été des plus animés.

Bravo !

Aujourd’hui lundi, continuation de la fête. Voici le programme des réjouissances :

- De 2 h à 4 h. de l'après-midi, grand bal.

- A 4 h. concours de chant,

Romances, 1er prix, 10 fr ; 2e prix, 5 fr.

Chansonnettes, prix unique, 10 fr.

Un prix de 5 fr. sera décerné dans les trois concours à celui qui chantera le plus faux.

- A 6 heures, jeu de la marmite, de la poêle, etc.

- A 8 heures, reprise du bal.

Le Littoral 4 septembre 1893

CANNES SOUS LA RÉVOLUTION : LE PETIT COURS

En l'année 1760, le sieur Bounin, de Grasse, avait fait construire sur l’emplacement où nous voyons aujourd'hui le « Splendid Hôtel » une maison à usage de savonnerie et huilerie.

Le sieur Bounin, ayant cédé, par la suite, sa maison à un négociant de Nice nommé Gazielle, la dite maison fut alors désignée au cadastre : Maison Gazielle, et cela jusqu'au moment de la vente passée à M. Morlot, en 1863.

A 30 mètres à l'ouest de cette maison, le sieur François Ricord, de Grasse, fit construire en 1789-90, une maison dont il est si souvent parlé dans notre histoire locale, au sujet des nombreux incidents qu'elle a occasionnés. Elle conserva ce nom de maison Ricord, jusqu'au moment où elle fut démolie pour faire place à l'immeuble du Café des Allées.

Entre la maison du sieur Bounin et celle du sieur Ricord était donc une surface de terrain qui fût appelée par les Cannois : « Le Petit Cours ». C'est sur cette petite place que fût élevée la statue de Lord Brougham, et, du jour de son inauguration, en l'année 1879, le Maire de Cannes, Eugène Gazagnaire en accord avec son conseil décida que la dite place prît dès lors le nom de « Place des Palmiers ».

Ceci exposé, revenons à la période révolutionnaire et citons en passant l'incident qui se produisit aux abords de cette place le 25 septembre 1792.

Ce jour-là, les habitants de Cannes, se portèrent devant notre vieil Hôtel de Ville, occupant à cette époque le rez-de-chaussée de l'école désignée de nos jours Ecole du Mont-Chevalier, et forcèrent notre conseil communal à abandonner le dit local et venir occuper la maison Ricord, pour y tenir dorénavant ses séances, sous le prétexte que cette demeure appartenait à la Commune, à laquelle l'aristocratie l'avait ravie injustement.

La veille, des placards violents avaient été apposés dans différents quartiers de la ville, menaçant le Maire et les Officiers Municipaux des actes les plus terribles s'ils se refusaient au désir de la population. Le déménagement du mobilier municipal et des archives se fit sur la demande du Procureur de la Commune. Cet incident eut lieu le jour de l'inauguration de l'Arbre de la Liberté, planté sur le Grand Cours (les Allées).

Par une pétition du 23 Germinal de l'An II (1794), adressée à la Communauté de Cannes, le sieur Laugier, aubergiste, demande de faire l'acquisition du terrain situé entre la fabrique du sieur Bounin et la maison commune, c'est-à-dire « Le Petit Cours ».

A ce sujet, le Maire dit ce terrain que la main de fer de la féodalité n'a pu enlever, arracher à la Commune, provoque et irrite le désir du citoyen Laugier, aubergiste, qui, sans doute, se propose d'y élever une auberge. Il ne peut pas ignorer que ce local a fait pendant un long temps, un sujet de combat suscité par le despotisme. Ce terrain est utile et précieux au commerce, au roulage des tonneaux, aux sècheries, à tirer les navires à terre lorsque la tempête les surprend sur la rade, que c'est l'unique endroit propre à y élever les piles de douelles servant à la fabrication des tonneaux, à former un cours utile à la ville et à son embellissement, ainsi qu'aux habitants qui n'ont que ce terrain pour se promener et se garantir du soleil et où l'on aurait replanté des ormeaux si ce terrain n'était absolument nécessaire et indispensable pour y parquer les voitures qui vont et reviennent de l'armée et qui, sans cet emplacement ne pourraient s'empêcher d'obstruer la grande route d'Italie…

LIENS ASSOCIES : CHRISTIANE DECOURS, La dernière favorite.

Il s’agit de Zoé du Cayla, favorite de Louis XVIII et fille d’Omer Talon.

Nuit de Noël 1800, attentat de la rue Saint-Nicaise, contre le Premier consul, 2 morts, 50 blessés. Talon, toujours royaliste est dans le collimateur.

Le 28 septembre 1803, Omar Talon est arrêté dans sa belle propriété de Montargis pour conspiration contre la sécurité publique et incarcéré au Temple. Le 27 vendémiaire an VII, sur ordre de Bonaparte, il est déporté à l’île Sainte-Marguerite. Son fils, Denis, demande à prendre la place de ce vieillard (42 ans), en vain. Le 6 brumaire escorté de deux officiers de gendarmerie, il quitte Paris.

A Draguignan, il faut réparer les voitures. Le 3 frimaire, il est remis entre les mains du chef de bataillon Maret, « commandant d’armes de la place des îles Sainte-Marguerite ». Le préfet du Var et le maire de Cannes essayent de le cuisiner. « Il m’avoua son ignorance absolue sur la cause de sa détention, n’en paraissant point affecté du tout, au reste fort gai et fort content » rapporte le préfet du Var. Talon possède l’art de tirer parti au mieux d’une situation. C’est au maire de Cannes de relater à son tour au préfet du Var : « Un regain de vie s’est manifesté dans l’île depuis son arrivée. C’est actuellement un endroit charmant, avec de superbes allées tracées par ses soins dans la partie boisée. C’est un vrai bois de Boulogne d’avant 1789. Il occupe une fort jolie maison séparée et embellie, flanquée d’une remise pour sa voiture et d’une jolie écurie pour quatre chevaux. Il m’a dit son profit des chemins construits par lui pour ses promenades quotidiennes, soit à pied, soit à cheval, soit en voiture. Enfin il est très satisfait de son exil ».

Ile Sainte-Marguerite, allée des eucalyptus. Photo Irène Payan.

Ile Sainte-Marguerite, allée des eucalyptus. Photo Irène Payan.

Il avait fait de sa prison une thébaïde et pourtant un ami écrivit : Je l’ai trouvé estropié pour le reste de sa vie et journellement sujet à des accidents de santé, et dont la cause est évidemment morale. Napoléon, en 1807, finit par lâcher sa proie…


DERNIÈRE NOUVELLE

Photos Bulbe de l’église russe - Ave Alexandre III . Photo D.C.C 2015  et Eglise russe .M.L.R 2010.
Photos Bulbe de l’église russe - Ave Alexandre III . Photo D.C.C 2015  et Eglise russe .M.L.R 2010.

Photos Bulbe de l’église russe - Ave Alexandre III . Photo D.C.C 2015 et Eglise russe .M.L.R 2010.

Nous n’avons pas de photo où l’on voit deux pères tirant sur les cordes pour sonner les cloches, et pourtant ce serait déjà une archive !

ON NOUS COMMUNIQUE

Samedi 12 septembre, journée à Marseille, transport en autocar : le matin, visite guidée du musée des Docks romains et du musée de l’Histoire de Marseille, l’après-midi celle du Château Borely.

Dimanche 20 septembre : Viva Associations où nous tenons un stand, hall Riviera du Palais des Festivals, entrée libre de10 heures à 18 heures.

Vendredi 25 septembre : La Machine de Victor (voir le blog de juillet 2015) à 17 h 30 au moulin Tuby en présence du réalisateur et des acteurs.

Pour tous renseignements tel : 06 16 78 97 71

Les mardis 8 et 22 septembre, visite guidée du quartier Terrefial de 14 heures à 18 heures. Pour tous renseignements, téléphoner aux Archives municipales : 04 89 82 20 70.

Partager cet article

Repost 0
Published by mlr
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Liens